Sécurité des soins

Amélioration de la sécurité des patients et réduction des risques

La gestion efficace des résultats d'examens à l'hôpital : facteur clé pour établir un diagnostic en temps opportun et assurer la sécurité des patients

Publié initialement en décembre 2012
W12-008-F

Quel que soit le contexte clinique, le diagnostic peut être amélioré lorsque les résultats d'examens sont communiqués au moment opportun et de manière fiable au clinicien qui peut fournir les soins de suivi.

À l'hôpital, le médecin qui a prescrit des examens n'est pas le seul responsable de la gestion des résultats. L'hôpital, les laboratoires d'analyse et d'autres professionnels de la santé jouent également un rôle dans la communication et le suivi des résultats d'examens. Chaque membre de l'équipe est responsable en fonction de son rôle, que ce soit celui de prescrire un examen, de le réaliser, de communiquer les résultats ou d'assurer le suivi clinique.

Dans le cadre de la gestion des résultats d'examens, les hôpitaux ont la responsabilité de fournir aux patients et aux professionnels de la santé un système raisonnable, sûr et fiable. Le système devrait soutenir la coordination efficace des soins entre les professionnels de la santé, les patients et l'hôpital et devrait clairement définir les responsabilités de chacun. Cette coordination revêt une importance capitale étant donné que la plupart des patients reçoivent des soins de la part de nombreux professionnels au sein de divers services.

Les médecins s'appuient sur le système de production de rapports de l'hôpital pour accomplir leurs devoirs vis-à-vis de leurs patients. Dans un système efficace, les rapports sont rapidement disponibles et les examens non terminés sont facilement identifiés de sorte que les cliniciens peuvent décider s'ils doivent ou non communiquer avec le patient. Les résultats anormaux sont signalés et portés à l'attention du médecin ayant prescrit l'examen et à défaut, aux patients concernés. Une des caractéristiques importantes d'un système efficace est un outil de suivi permettant de confirmer que les patients sont informés de résultats d'examens anormaux et que des soins de suivi appropriés sont mis en œuvre.

Les médecins qui prescrivent des examens d'investigation ont la responsabilité d'effectuer au moment opportun et de manière appropriée le suivi des résultats. À l'hôpital, les médecins doivent être raisonnablement convaincus que le système leur fournit des résultats d'examens en temps opportun pour leur permettre de communiquer les résultats à leurs patients et de prendre des dispositions pour les soins de suivi nécessaires. Les médecins qui ont connaissance d'une quelconque lacune du système devraient le signaler par écrit aux autorités compétentes de l'hôpital. Selon les Collèges, et tel que souligné par les jugements des tribunaux, les médecins doivent effectuer le suivi des résultats d'examens en temps opportun. Il est important que les cliniciens assurent un suivi étroit lorsqu'ils prescrivent des examens pour des patients dont l'état est instable, présentant une maladie potentiellement fatale, nécessitant une intervention urgente, ou ayant des signes ou symptômes graves.

Les responsabilités du médecin vis-à-vis des résultats d'examens sont probablement soulignées dans les procédures de l'établissement hospitalier. De même, les responsabilités d'autres professionnels de la santé dans la gestion des résultats d'examens doivent également être soulignées dans ces procédures. Connaître ces procédures et le rôle de chaque professionnel participe à l'efficacité du système et contribue à des soins plus sécuritaires.

Résultats de l'analyse des dossiers de l'ACPM

L'ACPM a effectué une analyse de ses dossiers médico-légaux conclus entre 2006 et 2011, dans lesquels il était allégué que la gestion des résultats d'examens et de rapports d'imagerie diagnostique dans un hôpital avait contribué à un retard dans l'établissement du diagnostic. Sur les 231 dossiers analysés, 62 % étaient des actions en justice, 30 % étaient des plaintes déposées aux organismes de réglementation (Collèges) et 8 % étaient des plaintes déposées aux hôpitaux.

La majorité des diagnostics erronés ou retardés était liée à un cancer des poumons, une maladie cardiovasculaire (souvent un infarctus du myocarde) ou un traumatisme rachidien (souvent au niveau des cervicales). L'issue clinique de ces patients a souvent été grave, voire fatale.

L'issue médico-légale était défavorable aux médecins dans 76 % des dossiers analysés. Par rapport à l'expérience générale de l'ACPM, les actions en justice comportaient un taux inhabituellement élevé de transactions ou de jugements en faveur du patient-demandeur. Les dossiers de plaintes déposées aux Collèges révèlent un taux élevé de médecins conseillés ou mis en garde.

Parmi les médecins les plus souvent identifiés dans les dossiers analysés, ayant prescrit des examens diagnostiques, on retrouve les omnipraticiens et les urgentologues, suivis des obstétriciens.

Principaux problèmes déterminés

L'analyse de ces dossiers a permis de déterminer 5 problèmes principaux :

  1. procédures de gestion des résultats d'examens inadéquates ou absentes
  2. absence de communication entre les professionnels de la santé au sujet des résultats d'examens
  3. absence ou retard de consultation des dossiers, rapports ou résultats d'examens d'investigation
  4. lacunes dans le suivi des résultats d'examens
  5. examens ou interventions diagnostiques particuliers retardés ou non effectués

Certains problèmes ont été moins fréquemment retrouvés dans les dossiers analysés, notamment la perte ou le classement inadéquat de rapports ou de résultats d'examens.

Les quelques cas suivants illustrent certains de ces problèmes.

Cas 1

Une patiente est suivie par la clinique de consultations externes d'un hôpital après avoir subi une tomodensitométrie thoracique dont les résultats sont anormaux.

Elle a un rendez-vous de suivi et le pneumologue a indiqué dans une note au personnel du cabinet qu'il s'agit d'une urgence. La clinique annule le rendez-vous sans proposer une autre date. La note du pneumologue ayant disparu, les membres du personnel ne sont alors plus prévenus de l'urgence associée à ce rendez-vous de suivi. La patiente n'est pas revue. Un an plus tard, elle présente une toux persistante associée à une douleur à l'épaule droite. Son omnipraticien diagnostique un adénocarcinome pulmonaire métastatique. Au cours de l'action en justice qui a suivi, les experts désignés dans ce dossier ont critiqué le pneumologue et la clinique de l'hôpital pour l'absence de procédures permettant de s'assurer que les patients reçoivent un suivi approprié. Une transaction a été conclue avec la patiente. Le paiement de cette transaction a été partagé entre l'ACPM (pour le compte du médecin-membre) et l'hôpital.


Cas 2

Une radiographie du genou est demandée par un résident en traumatologie pour un patient qui se plaint d'une douleur au genou après un accident de voiture.

Le résident inscrit au dossier qu'il souhaite examiner la radiographie. Les soins du patient sont ensuite transférés au service d'orthopédie et finalement personne n'assure le suivi de la radiographie, qui met en évidence une fracture. Le patient reçoit son congé de l'hôpital. Quatre mois plus tard, le patient présente une grave blessure au genou nécessitant une intervention chirurgicale par voie ouverte. Une infection survient dans la période postopératoire. Demeurant atteint d'une douleur chronique au genou, le patient est alors traité pour anxiété et dépression. Une action en justice est déclenchée, alléguant un retard de diagnostic de fracture du genou. Les experts désignés dans ce dossier ont identifié les facteurs contributifs, à savoir une absence de communication entre les membres du personnel et l'absence de procédures visant à s'assurer que les radiographies font l'objet d'un suivi. L'ACPM a conclu une transaction en faveur du patient pour le compte du résident-membre.


Cas 3

Un patient subit une ablation de la vésicule biliaire au cours de laquelle le chirurgien remarque une importante zone inflammatoire autour de l'organe retiré.

À la suite de l'intervention, le patient ne se rend pas à la visite de suivi demandée par son chirurgien. Toutefois, le patient consulte son omnipraticien trois semaines après l'intervention pour un bilan annuel. À cette date, le médecin ne détient aucun rapport de consultation. Neuf mois plus tard, le patient consulte de nouveau son omnipraticien en raison de douleurs abdominales. Une échographie révèle une masse importante sur le foie. L'omnipraticien demande au chirurgien de lui communiquer le rapport d'anatomopathologie. S'apercevant que ce rapport n'a jamais été reçu, le cabinet du chirurgien l'obtient finalement de l'hôpital. Le rapport indique que le patient souffre d'une forme agressive de cancer. L'anatomopathologiste ayant signé le rapport deux semaines après l'intervention chirurgicale, les résultats étaient disponibles sous format électronique par le système d'informations de l'hôpital et une copie papier aurait également dû être envoyée au chirurgien. Il n'a pas été possible de déterminer la raison pour laquelle le rapport n'a jamais été reçu par le chirurgien. Le patient décède environ 2 ans après l'intervention chirurgicale. Une action en justice est enclenchée à l'encontre des deux médecins et de l'hôpital. L'action en justice contre les médecins a été retirée et l'affaire a été réglée entre le demandeur et l'hôpital.


Participer à un système plus solide

Dans un contexte hospitalier, il est de la responsabilité de l'établissement de concevoir et maintenir un système fiable pour gérer les résultats d'examens et les rapports diagnostiques. En règle générale, un système efficace établit clairement qui reçoit les résultats, qui devrait les recevoir en l'absence du professionnel de la santé ayant prescrit l'examen, comment les résultats sont communiqués; quels résultats nécessitent un signalement rapide; dans quels délais les résultats doivent être communiqués; comment documenter les résultats dans le dossier du patient et enfin, qui informe le patient des résultats et de quelle manière. Même s'ils dépendent du système de l'hôpital, les médecins ont des devoirs vis-à-vis de leurs patients, y compris celui d'un suivi approprié des résultats d'examens.

Communication interprofessionnelle efficace
Un système qui soutient une communication interprofessionnelle claire et efficace met en avant le suivi en temps opportun des examens et des rapports diagnostiques. À l'hôpital, où de nombreux professionnels au sein de plusieurs services prennent soin des patients, la communication efficace des résultats d'examens revêt une importance supplémentaire.

L'analyse des dossiers de l'ACPM a démontré que les processus de communication se détériorent fréquemment lorsqu'un patient est transféré à d'autres professionnels ou dans d'autres départements de l'hôpital. Un système efficace favorise le transfert d'informations entre les professionnels de la santé, les différents départements d'un hôpital, mais aussi de l'hôpital à d'autres contextes de soins, tels qu'une clinique. Ainsi, les médecins qui reçoivent des résultats d'examens anormaux devraient se demander quels professionnels de la santé doivent être avisés des résultats et quelle est la meilleure manière de communiquer ces résultats. La communication avec ces autres professionnels doit être claire, détaillée et se faire en temps opportun. L'article intitulé Le renforcement de la communication interprofessionnelle fournit des informations plus détaillées sur la communication avec d'autres professionnels de la santé et l'utilisation des outils de communication.

Soins post-hospitaliers
Un système efficace de gestion des résultats d'examens garantira également que lorsque les patients quittent l'hôpital, les informations nécessaires seront transférées de l'hôpital à l'établissement de soins dans la communauté. Les patients peuvent quitter l'hôpital, même si les résultats sont encore en attente. Les consignes de congé fournies au patient, ainsi que le résumé du congé fourni à son omnipraticien constituent des moyens conventionnels de partager des informations. Un résumé précis et complet rédigé en temps opportun par un médecin exerçant à l'hôpital fournit au médecin traitant qui assure la suite des soins, les renseignements complets sur l'état médical du patient, y compris les résultats d'examens et les soins de suivi nécessaires. L'article intitulé Le départ des patients après une chirurgie d’un jour fournit des informations sur la communication des consignes données au patient lors du congé.

Documentation au dossier médical
Une bonne documentation au dossier médical peut renforcer le système de gestion des résultats d'examens de l'hôpital, car il s'agit d'un outil de communication primaire entre les médecins et d'autres professionnels de la santé. En inscrivant dans le dossier les raisons justifiant la prescription d'examens, tout diagnostic différentiel, ainsi que les résultats d'examens, les médecins fournissent une description claire du traitement d'un patient et de la nécessité d'un soin de suivi. L'article intitulé L'importance d'une bonne documentation fournit des informations plus détaillées sur une bonne documentation au dossier médical.

Stratégies pour améliorer le suivi des résultats d'examens d'investigation à l'hôpital

Les éléments suivants peuvent aider les médecins à remplir leur rôle en gérant les résultats des examens diagnostiques et d'investigation dans un contexte hospitalier.

Connaître le système de gestion des résultats d'examens de l'hôpital. Les médecins doivent connaître les procédures de l'hôpital et le système sur lequel elles s'appuient pour gérer les résultats d'examens et plus particulièrement les procédures de signalement de résultats anormaux aux médecins ou au patient. Leur rôle et leurs responsabilités au sein de ce système doivent être compris des médecins sans ambiguïté.

Informer le personnel compétent des lacunes du système. Les médecins ayant connaissance d'une inefficacité ou d'une lacune du système de gestion des résultats d'examens, devraient en avertir les autorités hospitalières compétentes, de préférence par écrit. Il est prudent de conserver une copie de toute correspondance. Quelles que soient les lacunes du système, il est de la responsabilité des médecins de s'assurer du suivi approprié et en temps opportun des résultats d'examens.

Identifier les patients présentant un risque élevé et des résultats d'examens cliniquement significatifs. Les médecins devraient prendre des précautions supplémentaires au moment de fournir des soins en situation d'urgence ou à des patients qui semblent comporter un risque supplémentaire de recevoir des résultats cliniquement significatifs.

Communiquer efficacement. Les médecins devraient être conscients qu'une bonne communication entre les départements de l'hôpital et entre les professionnels de la santé constitue un élément essentiel d'un système de gestion efficace des résultats d'examens diagnostiques. Lorsque les patients reçoivent leur congé de l'hôpital, une bonne communication doit également être étendue aux établissements de soins communautaires.

Impliquer les patients dans leurs propres soins. Les médecins devraient discuter avec leurs patients de la raison pour laquelle des examens d'investigation ont été prescrits. Les patients peuvent prendre davantage de responsabilités dans leurs propres soins s'ils comprennent pourquoi les examens recommandés sont importants dans leur situation clinique.1 Les médecins devraient éviter d'informer les patients que les résultats d'examens ne leur sont communiqués que s'ils sont anormaux. Qu'ils soient normaux ou anormaux, des résultats d'examens peuvent être égarés. Les médecins devraient encourager les patients à demander leurs résultats d'examens.

L'article de l'ACPM intitulé Une gestion efficace des résultats d'examens améliore la sécurité des patients aborde des cas semblables dans le cabinet d'un médecin et souligne les considérations relatives à la gestion des risques pour une gestion efficace des résultats des examens d'investigation dans ce contexte.

Joindre l'ACPM

Les membres ayant des questions sur le suivi des investigations dans les hôpitaux et les autres établissements peuvent communiquer avec l'ACPM pour obtenir des conseils auprès d'un des médecins-conseils de l'Association, en appelant le 1-800-267-6522 ou en remplissant le formulaire de Demande d'assistance médico-légale/courriel web.


Références

  1. 1. Wahls, Terry, « Diagnostic errors and abnormal diagnostic tests lost to follow-up, A source of needless waste and delay to treatment, » Journal of Ambulatory Care Management, (2007) Vol. 30, no 4, p. 341.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les renseignements publiés dans le présent document sont destinés uniquement à des fins éducatives. Ils ne constituent pas des conseils professionnels spécifiques de nature médicale ou juridique et n'ont pas pour objet d'établir une « norme de diligence » à l'intention des professionnels des soins de santé canadiens. L'emploi des ressources éducatives de l'ACPM est sujet à ce qui précède et à la totalité du Contrat d'utilisation de l'ACPM.