Sécurité des soins

Amélioration de la sécurité des patients et réduction des risques

Nouvelles approches à l'intégration des soins

Publié initialement en juin 2013
P1302-3-F

Alors que les chefs de file du domaine de la santé s'emploient à réformer et à améliorer le système de santé, leurs efforts se concentrent de plus en plus sur la façon de parvenir à un système intégré qui puisse répondre aux besoins des patients et de la communauté.

L'intégration s'effectue différemment dans l'ensemble du pays, notamment par l'évolution des autorités régionales en matière de santé et des réseaux locaux d'intégration des services de santé, ainsi que des nombreux modèles de réforme des soins primaires. Devant les changements rapides qui surviennent dans le milieu des soins de santé, les médecins se demandent à juste titre quel est leur rôle au sein de ces systèmes organisationnels. Ils doivent comprendre les buts de l'intégration des soins de santé et leur rôle dans l'atteinte de ceux-ci, afin d'adapter leur pratique et de participer à la prise de décisions. Une meilleure compréhension de l'intégration permettra aux médecins de tenir compte des aspects médico-légaux de ce modèle de soins de santé.

Une définition classique des soins intégrés est la suivante : un système de prestation où « les réseaux d'organisations fournissent ou prennent des dispositions pour fournir des services coordonnés à une population définie et acceptent d'être responsables sur le plan clinique et financier des résultats et de l'état de santé de la population desservie1. »

Essentiellement, l'intégration a pour but d'améliorer l'expérience des soins de santé grâce à un système de soins homogène. L'intégration des médecins vise à établir dans quelle mesure ceux-ci sont liés au système de soins de santé, que ce soit sur le plan fonctionnel, clinique, économique ou autre.

Les soins intégrés ont pour objectifs d'améliorer l'expérience du patient, de rehausser l'accès et la coordination des services, de resserrer les liens entre les différents niveaux de soins et les services de soutien, de réduire les dédoublements, d'accroître l'efficacité et d'améliorer les résultats cliniques. Un système de soins intégrés est axé sur les patients et structuré en fonction des besoins de la communauté en matière de santé. Les soins, coordonnés tout au long du continuum, sont prodigués au fil du temps, dans divers milieux, et englobent les différents niveaux et types de soins. Les soins intégrés font appel à des fonctions de soutien essentielles, telle la gestion de l'information, ainsi qu'aux compétences et à l'expérience de divers professionnels de la santé.

Les éléments constitutifs des soins intégrés

Dans les systèmes de soins intégrés, les médecins travaillent avec d'autres professionnels de la santé à la planification et à la prestation de soins organisés en fonction des patients. Au sein de ces équipes soignantes, deux professionnels de la santé ou plus mettent à profit et transmettent leurs compétences et leurs connaissances en vue d'aider les patients. Quelques exemples pourraient inclure des omnipraticiens travaillant au sein de groupes de médecine de famille (GMF), ou encore des spécialistes gérant proactivement les listes d'attente ou travaillant en équipe dans des cliniques spécialisées.

Dans certains cas, l'intégration des soins de santé a fait en sorte que les soins aux patients sont passés des médecins à d'autres professionnels de la santé, telles les infirmières praticiennes, les diététistes et les psychologues, permettant ainsi aux médecins de se concentrer sur l'établissement de diagnostics, les interventions en phase aigüe et la prestation de soins aux patients présentant des problèmes plus complexes. L'intégration des soins de santé s'est également traduite par une hausse du nombre de médecins œuvrant dans des milieux communautaires, dont les centres de santé, les unités de soins ambulatoires, les établissements de soins de longue durée et les cliniques sans rendez-vous.

Le recours à de bonnes techniques de communication, la compréhension du champ d'exercice, des rôles et des responsabilités des différents professionnels de la santé, et le respect des politiques et procédures applicables constituent des stratégies efficaces pouvant aider le médecin à mitiger les risques lorsqu'il travaille en collaboration avec d'autres professionnels de la santé. L'importance d'une communication écrite efficace ne peut être sous-estimée, notamment une documentation et une évaluation appropriées de ce qui, de plus en plus, devient un dossier de santé interdisciplinaire.

Les soins de santé primaires constituent l'un des éléments de base des soins intégrés, renforçant ainsi le rôle clé du médecin pour une mise en œuvre réussie de ce mode de prestation de soins. Les soins primaires constituent en effet le point d'entrée le plus fréquemment utilisé par les patients pour accéder au système de soins de santé, et ils sont coordonnés avec les autres professionnels de l'équipe soignante.

La notion des soins intégrés peut poser un défi pour les omnipraticiens, dont certains travaillent à l'extérieur des réseaux de santé locaux ou régionaux. Il en va de même pour certains médecins œuvrant en santé publique, domaine souvent géré par les municipalités locales. L'intégration des soins de santé peut également toucher les médecins de différentes façons, par exemple, s'ils exercent dans des milieux urbains ou ruraux. étant donné cette réalité, les médecins doivent songer à leurs responsabilités envers les patients et à leur rôle par rapport aux autres partenaires du système de santé.

Dans un système de soins intégrés, les médecins jouent un rôle important pour faciliter la transition des patients vers les divers niveaux de soins, pour les faire passer, par exemple, des soins primaires aux soins secondaires. Les médecins favorisent également le mouvement des patients entre les diverses composantes du système, et créent des liens avec d'autres secteurs. Ceux qui participent au transfert des soins à tous les niveaux et dans tous les milieux doivent mettre l'accent sur la communication de renseignements clés, tel le diagnostic du patient, les résultats d'investigations et le plan de traitement. Le but est d'améliorer la transition des soins ainsi que la communication avec les patients et les autres professionnels de la santé.

L'évolution du système de soins de santé signifie que les médecins et les autres professionnels de la santé doivent apprendre à travailler autrement. Pour parvenir à une intégration réussie, il faut penser de façon stratégique, c'est-à-dire analyser l'incidence que peuvent avoir la modification des services et les nouvelles technologies. Tout cela fait appel à un éventail de compétences précises – la capacité d'observer, d'écouter, d'analyser et d'organiser – pour assurer un leadership transformationnel2. Les médecins doivent songer à leur façon de travailler avec d'autres médecins et professionnels de la santé tout au long du continuum des soins. Ils doivent par ailleurs communiquer et échanger des idées liées à la prestation de soins coordonnés pour obtenir des résultats favorables chez les patients.

L'échange d'information et un soutien technologique approprié facilitent l'intégration des soins de santé. Les dossiers médicaux électroniques peuvent être très utiles, tout comme d'autres systèmes d'information destinés à surveiller les patients dans le cadre de la prestation des soins et parmi les divers organismes et niveaux de soins. L'intégration exige aussi un échange d'information approprié et sécuritaire. De plus en plus, on juge nécessaire que les médecins se servent de dossiers électroniques dans les systèmes de soins intégrés. Bien que les dossiers électroniques et d'autres technologies émergentes puissent faciliter la gestion des renseignements sur la santé des patients, les médecins continuent d'avoir une importante responsabilité professionnelle et une obligation légale de protéger la confidentialité des renseignements sur les patients.

L'échange d'information et un soutien technologique approprié facilitent l'intégration des soins de santé. Les dossiers médicaux électroniques peuvent être très utiles, tout comme d'autres systèmes d'information destinés à surveiller les patients dans le cadre de la prestation des soins et parmi les divers organismes et niveaux de soins. L'intégration exige aussi un échange d'information approprié et sécuritaire. De plus en plus, on juge nécessaire que les médecins se servent de dossiers électroniques dans les systèmes de soins intégrés. Bien que les dossiers électroniques et d'autres technologies émergentes puissent faciliter la gestion des renseignements sur la santé des patients, les médecins continuent d'avoir une importante responsabilité professionnelle et une obligation légale de protéger la confidentialité des renseignements sur les patients.

Gestion des risques

Puisque l'intégration des soins de santé favorise une approche interdisciplinaire aux soins, des questions liées à la coordination des soins et à l'encadrement de l'équipe peuvent surgir. Les membres de l'équipe doivent avoir des rôles et des responsabilités claires qui favorisent la responsabilisation, appuyés par un cadre stratégique et méthodique. En plus de réduire le risque de responsabilité, cela minimisera la probabilité d'événements indésirables causés par la confusion ou l'ambigüité. De plus, il est impératif que tous les professionnels de la santé aient une protection adéquate en matière de responsabilité professionnelle. Les équipes de soins doivent également savoir et déterminer qui est le professionnel investi de la responsabilité globale de gérer et de coordonner les soins d'un patient. Les médecins doivent connaître toute politique organisationnelle précisant les attentes envers le médecin le plus responsable (MPR), et les circonstances où le professionnel de la santé le plus responsable peut ne pas être médecin.

L'intégration des soins de santé peut également avoir une incidence sur les arrangements régissant la pratique des médecins, par exemple en ce qui a trait aux modalités d'emploi ou aux contrats de service avec les hôpitaux et les autorités en matière de santé. Bien que les médecins puissent tirer de nombreux avantages de ces nouveaux modèles de prestation, en constante évolution, ils doivent être au courant de leurs aspects médico-légaux. Les garanties procédurales et les risques médico-légaux peuvent varier d'un modèle à l'autre. Les médecins doivent donc examiner attentivement les nouveaux modèles ainsi que leurs répercussions.

Le signalement approprié d'autres médecins peut constituer une autre source de préoccupation possible pour les médecins au sein d'un système de soins de santé intégré. Conscients de l'importance de favoriser une culture juste en matière de sécurité, les autorités en matière de santé et les hôpitaux devraient établir des seuils et des protocoles de signalement appropriés au sein de l'organisation. Les médecins doivent éviter de se faire ou de diffuser des opinions partiellement éclairées sur le rendement de collègues ou d'autres professionnels de la santé. Lorsqu'un médecin a une obligation légale ou un devoir déontologique de déposer un rapport à une autorité régionale en matière de santé ou à un Collège, le rapport devrait être rédigé en temps opportun dans l'optique de contribuer à des soins plus sécuritaires.

Les activités liées à l'intégration des soins de santé peuvent également entraîner la multiplication des efforts de représentation par les médecins auprès du patient ou à l'échelle du système. Les gouvernements, les autorités en matière de santé et les hôpitaux devraient encourager les médecins à exprimer leurs opinions de façon raisonnable. Pour leur part, les médecins doivent défendre les droits de leurs patients de façon éthique et appropriée.

Le rôle essentiel du leadership des médecins

De façon générale, l'intégration des soins de santé fonctionne mieux lorsque les médecins participent aux structures de gouvernance favorisant la collaboration et l'intégration, et lorsqu'ils jouent un rôle dans l'aménagement des services cliniques3. Il peut s'agir de médecins prenant part à la planification et à la mise en œuvre de nouveaux modèles de soins. Ceci dit, de nombreux médecins sont confrontés à des pressions qui limitent leur capacité à s'engager auprès du système de santé dans son ensemble. Malgré ces défis, les médecins devraient s'efforcer d'être inclus à tous les niveaux du système de soins de santé et de jouer un rôle de chef de file dans la conception, la mise en œuvre et le fonctionnement d'un système intégré4. La participation aux réunions ou aux colloques favorisant l'intégration et la mise en œuvre de stratégies provinciales, la planification régionale des services, les initiatives visant l'amélioration du système de santé et les comités consultatifs médicaux sont quelques-uns des moyens par lesquels les médecins peuvent s'impliquer. Les médecins devraient entrevoir leur rôle comme chefs de file officiels ou officieux afin d'envisager et d'appuyer les systèmes de soins intégrés efficaces, et de se faire les champions de tels systèmes. L'intégration réussie dépend du leadership des médecins et de leur participation soutenue à la prise de décisions.

Les modèles de soins intégrés revêtent des formes diverses. Bien que des progrès vers une meilleure intégration se réalisent partout au pays, l'intégration des soins de santé s'articule autour des besoins des patients et des communautés. Elle exige une amélioration de la collaboration et du travail d'équipe entre les professionnels de la santé. Les améliorations concrètes du système de santé font aussi appel à de nouvelles façons de penser et à la volonté d'apprendre d'autrui. L'expérience a démontré que l'intégration réussie des soins de santé exige la participation directe et concrète des médecins. Compte tenu de leur intérêt légitime dans l'intégration des soins de santé, les médecins doivent s'efforcer de participer à la planification et à l'établissement des priorités en matière de soins de santé, à l'élaboration de stratégies et à la prestation de soins axés sur les patients afin d'améliorer la coordination dans l'ensemble du système.


Références

  1. Leatt, P., Pink, G., Guerriere, M., « Towards a Canadian model of integrated healthcare », HealthcarePapers (2000) vol. 1, no 2. Obtenu sur le site : http://www.longwoods.com/content/17216 le 4 décembre 2012.
  2. MacLeod, H., Davidson, J., « Fragmentation vs collaboration » Longwoods.com (2013 Essays). Obtenu sur le site : http://www.longwoods.com/content/23145/print le 23 janvier 2013
  3. Marsden, J., van Dijk, M., Doris, P., Krause, C., Cochrane, D., « Improving care for British Columbians: The critical role of physician engagement », Healthcare Quarterly (2012) vol. 15 (numéro spécial). Obtenu sur le site : http://www.longwoods.com/content/23163 le 14 janvier 2013.
  4. Suter, E., Oelke, N., Adair, C., Armitage, G., « Ten key principles for successful health systems integration », Healthcare Quarterly (2009) vol. 13 (numéro spécial). Obtenu sur le site : http://www.longwoods.com/content/21092 le 14 janvier 2013.


AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les renseignements publiés dans le présent document sont destinés uniquement à des fins éducatives. Ils ne constituent pas des conseils professionnels spécifiques de nature médicale ou juridique et n'ont pas pour objet d'établir une « norme de diligence » à l'intention des professionnels des soins de santé canadiens. L'emploi des ressources éducatives de l'ACPM est sujet à ce qui précède et à la totalité du Contrat d'utilisation de l'ACPM.