Sécurité des soins

Amélioration de la sécurité des patients et réduction des risques

La voix du médecin: Lorsque promouvoir la santé apporte un changement

Publié initialement en juin 2014/Mis à jour en mai 2017
P1402-4-F

La défense des intérêts des patients s'inscrit à l'intérieur de la notion plus générale de promotion de la santé. Les médecins défendent les intérêts de leurs patients et font la promotion de l'amélioration des soins de santé. Cet aspect des soins médicaux peut toutefois représenter un défi si ce rôle n'est pas bien compris. Étant donné le nombre de définitions et d'interprétations de ce concept, il peut être difficile pour les médecins de déterminer quelles approches sont efficaces et jugées appropriées.

Une tradition bien ancrée

La promotion de la santé s'inscrit dans une longue et profonde tradition en médecine. Le Dr Rudolf Virchow, une des figures les plus marquantes de la médecine au 19e siècle et connu comme étant le père de l'anatomopathologie moderne, a dit des médecins qu'ils étaient les « avocats naturels des indigents ».1 Reconnaissant la crédibilité associée à la profession médicale, les médecins sont invités depuis longtemps à s'exprimer au nom des patients et d'autres personnes dans le besoin, et à exercer leur influence sur les changements apportés aux orientations ou aux programmes.

Ce concept étant intrinsèque à de nombreux aspects de la profession médicale, les associations et organisations médicales ont identifié des programmes, orientations et énoncés de position qui définissent le rôle que les médecins jouent dans la promotion de la santé. L'Association médicale canadienne précise que les médecins « doivent pouvoir intervenir librement pour le compte de leurs patients d'une façon qui respecte l'opinion d'autrui et sera susceptible d'entraîner des changements réels dont bénéficieront leurs patients et le système de santé ».2 La promotion de la santé joue également un rôle central pour les médecins, tel que le soulignent le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et le Collège des médecins de famille du Canada. De même, plusieurs organismes de réglementation (Collèges) ont indiqué qu'il est généralement approprié que les médecins soient des promoteurs de la santé responsables et que la promotion de la santé ne devrait pas les empêcher de prodiguer des soins sécuritaires. Certaines provinces comme l’Alberta ont élaboré des ressources détaillées pour soutenir les médecins dans ce rôle.3

La promotion de la santé à plusieurs niveaux

Même si la promotion de la santé est au cœur des rôles d'un médecin, les approches pour assumer cette responsabilité peuvent parfois engendrer des difficultés. L'incertitude à l'égard du niveau approprié de promotion de la santé et les approches générales sur la question peuvent conduire à des malentendus, voire à des conflits entre médecins, ou entre les médecins et d'autres personnes. Cette incertitude peut également conduire à des accusations d'outrepasser les limites ou d'avoir un comportement ou des gestes irresponsables ou inappropriés. Lorsqu’échouent les efforts de promotion de la santé pour influer sur le changement, frustration, cynisme et laisser-aller risquent de s’ensuivre.

Les médecins peuvent faire la promotion de la santé à plusieurs niveaux et sous différentes formes. Par exemple, les médecins défendent souvent les intérêts de patients en demandant en temps opportun des examens diagnostiques, l’accès à des traitements particuliers ou un rendez-vous chez un spécialiste. Les médecins peuvent défendre les intérêts de groupes de patients ou promouvoir la santé au niveau régional, par exemple en soutenant l'expansion d'un centre de santé communautaire ou en cherchant à obtenir le financement d'un poste à l'hôpital pour un autre professionnel de la santé. Au niveau du système, les médecins peuvent défendre les stratégies ou les activités d'une association ou fédération médicale provinciale qui visent à améliorer le système de soins de santé. La promotion de la santé peut également se faire sur un plan plus global, lorsque les médecins soutiennent des initiatives environnementales liées à la santé.

Les stratégies de promotion de la santé vont d'entretiens individuels avec des personnes d'autorité, à la rédaction de lettres, en passant par des campagnes sur les réseaux sociaux. Il est recommandé aux médecins de s'interroger sur la pertinence de telles campagnes et sur leur participation. Avant de participer à une quelconque activité publique de promotion de la santé, les médecins doivent se demander s'il est nécessaire ou approprié de discuter à l'avance de l'activité prévue avec les parties pouvant en être affectées, comme les patients et leur famille, d'autres membres de l'équipe soignante, la clinique, l'hôpital, ou l'autorité en matière de santé. Même s'il est généralement de mise pour les médecins qui exercent dans un hôpital d'informer à l'avance l'administration de l'établissement, certains hôpitaux peuvent exiger qu'une permission explicite soit obtenue avant qu'un médecin ne participe à des activités qui pourraient être perçues comme relevant directement de l'hôpital. Les hôpitaux, établissements et autorités en matière de santé peuvent avoir des politiques ou des lignes directrices portant sur le rôle des médecins dans les activités de promotion de la santé, notamment auprès des médias et sur les réseaux sociaux. Lorsqu'ils s'expriment en public, les médecins doivent clairement indiquer si leurs commentaires se font à titre personnel ou au nom d'un tiers.

L'ACPM reconnaît qu'il peut être parfois difficile de déterminer ce que représente une promotion appropriée. L'Association estime que les médecins doivent continuer de s'engager dans le processus décisionnel en matière de soins de santé et défendre de manière professionnelle le système de soins et les intérêts des patients. Ainsi, nombre de médecins soutiennent fortement des initiatives de promotion de la santé telles que les campagnes de vaccination contre la grippe, tandis que d'autres évitent de le faire. Certains peuvent appuyer les démarches de patients à la recherche de nouveaux programmes de soins, encourager de nouvelles options thérapeutiques ou encore promouvoir l'innovation au point de prestation des soins. Toutes ces activités sont appropriées à partir du moment où les médecins agissent de manière professionnelle, fournissent un point de vue éclairé et offrent un apport et des recommandations constructives aux personnes ou aux groupes appropriés.

Se familiariser avec la promotion de la santé

Les étudiants en médecine et les médecins peuvent être attirés par la médecine en raison de l'influence que les soins médicaux, y compris la promotion de la santé, peut avoir sur les personnes et la société. Les stagiaires et les nouveaux médecins sont de plus en plus en contact avec un large éventail de patients, y compris des réfugiés, des sans-abri et d'autres groupes de patients défavorisés.

Les médecins sont bien placés pour identifier les secteurs du système de santé nécessitant des changements et pour recommander des améliorations. Si de nombreux médecins sont des promoteurs très habiles, ces habiletés ne sont pas nécessairement naturelles. En réalité, la promotion de la santé est le plus souvent une compétence acquise.

La promotion de la santé joue un plus grand rôle dans la nouvelle édition du Référentiel de compétences CanMEDS 2015 pour les médecins, qui servira à orienter la formation des résidents et le développement professionnel des médecins. Selon le rôle de Promoteur de la santé dans le référentiel CanMEDS : « …les médecins mettent à profit leur expertise et leur influence en œuvrant avec des collectivités ou des populations de patients en vue d’améliorer la santé. Ils collaborent avec ceux qu’ils servent afin d’établir et de comprendre leurs besoins, d’être si nécessaire leur porte-parole, et de soutenir l’allocation des ressources permettant de procéder à un changement. »4

Même si la promotion de la santé est de plus en plus abordée dans les programmes d'enseignement de la médecine au 1er cycle et au cycle supérieur, il est recommandé aux étudiants en médecine et aux médecins de chercher d'autres sources d'information et d'apprentissage. L'Association médicale canadienne offre une formation en techniques de représentation qui comporte des conseils sur la rencontre avec des députés, un survol sur le fonctionnement du gouvernement, une formation en relation avec les médias et comment faire passer des messages clés.5

Les Collèges ont également fait des efforts pour orienter et clarifier la façon dont les médecins peuvent promouvoir la santé avec efficacité. Par exemple, le Collège des médecins et chirurgiens de l'Alberta a indiqué son intention d'aider les médecins à comprendre comment, quand et dans quelles circonstances ils peuvent être des promoteurs de la santé efficaces. En Ontario, l'Ordre a une politique intitulée Physician Behaviour in the Professional Environment (Comportement du médecin dans le milieu professionnel) qui reconnaît l'importance de la promotion de la santé dans la relation médecin-patient.6 Au Québec, cette notion est inscrite au Code de déontologie des médecins. Le Code stipule que « Le médecin doit collaborer avec les autres médecins au maintien et à l’amélioration de la disponibilité et de la qualité des services médicaux auxquels une clientèle ou une population doit avoir accès. »7

La promotion de la santé au sein des établissements

Les médecins qui exercent en pratique privée peuvent être plus à l'aise avec l'idée de défendre les intérêts de leurs patients ou de promouvoir des changements. Cela peut, toutefois, être plus complexe pour les médecins qui exercent dans des établissements de soins de santé. Par exemple, ils peuvent devoir diriger leurs recommandations de modification vers des comités, des chefs de service ou de département. Les hôpitaux et les régions socio-sanitaires peuvent avoir des lignes directrices sur la façon de promouvoir des améliorations. Il peut également exister des règlements ou des politiques au sein de l'organisation qui soulignent comment défendre les intérêts des patients ou promouvoir des questions liées au système de santé. Dans certains cas, ceci a conduit à des désaccords entre des médecins et des hôpitaux ou des autorités en matière de santé.

En tant que chefs de file et professionnels de la santé, les médecins peuvent contribuer à l'amélioration et à la préservation du système de santé. Ceci peut inclure, entre autres, la participation à des changements structurels, à l'établissement de priorités, à des décisions d'allocation de ressources, à des projets d'amélioration de la qualité, ou à des initiatives pour améliorer la sécurité des patients. Tous ceux qui font la promotion de la santé au sein du système doivent démontrer qu'ils ont conscience de l'existence d'exigences contradictoires. La promotion de la santé doit être associée à des preuves de cette prise de conscience.8

L'ACPM recommande les approches suivantes aux médecins qui font la promotion de la santé au sein de leur établissement :

  • Aborder la question avec transparence, professionnalisme et intégrité
  • Travailler dans le cadre des canaux de communication approuvés
  • Discuter calmement des problèmes, des suggestions et des recommandations
  • Fournir un point de vue éclairé et obtenir le point de vue des patients et d'autres professionnels de la santé
  • Avoir recours à des données probantes pour persuader autrui
  • Rester ouvert aux autres suggestions ou solutions et exploiter les points de convergence
  • Reconnaître que les bonnes idées ne peuvent être toutes réalisées en même temps : s’armer de patience.

Dernières réflexions

Les défis auxquels les médecins sont confrontés dans l'environnement actuel de leur pratique s'accroissent en même temps que les patients font face à un système de soins de santé complexe et fluctuant. Les patients continueront donc à se fier à leur médecin pour des informations fiables sur la santé et du soutien. Par conséquent, il est probable qu'à l'avenir, la notion même de promotion de la santé gagne en importance. Même si la définition d'une promotion de la santé appropriée continue d'évoluer, les médecins peuvent démontrer leur leadership en restant engagés et en faisant avancer leur point de vue de manière professionnelle et appropriée. Les membres de l'ACPM qui ont des questions ou des préoccupations au sujet de la promotion de la santé devraient communiquer avec l'Association pour en discuter avec un médecin-conseil.




Références

  1. Arya, N. Advocacy as Medical Responsibility. CMAJ [En ligne].15 octobre 2013 [cité le 28 avril 2017];185(15): 1368. http://www.cmaj.ca/content/185/15/1368.extract
  2. Évolution du lien professionnel entre les médecins du Canada et notre système de santé : Où en sommes-nous? [En ligne]. Ottawa: Association médicale canadienne. [cité le 28 avril 2017]. http://policybase.cma.ca/dbtw-wpd/Policypdf/PD12-04F.pdf
  3. Physician Advocacy. [En ligne]. Edmonton: Alberta Medical Association [cité le 28 avril 2017]. https://www.albertadoctors.org/advocating/physician-advocacy
  4. Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada [En ligne]. Ottawa: le Collège; 2017. Rôles CanMEDS : Promoteur de la santé; [cité le 28 avril 2017]; [environ 3 écrans]. http://www.royalcollege.ca/rcsite/canmeds/framework/canmeds-role-health-advocate-f
  5. Association médicale canadienne [En ligne]. Ottawa: l’Association. Formation en techniques de représentation, [cité le 28 avril 2017]; [environ 1 écran]. https://www.cma.ca/Fr/Pages/advocacy-skills-training.aspx
  6. Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario [En ligne]. Toronto: l’Ordre. Physician Behaviour in the Professional Environment, [cité le 28 avril 2017]; [environ 5 écrans] http://www.cpso.on.ca/policies/policies/default.aspx?ID=1602 http://www.cpso.on.ca/Policies-Publications/Policy/Physician-Behaviour-in-the-Professional-Environment
  7. Code de déontologie des médecins, RLRQ c M-9, r 17, art 3.1.
  8. Wasylenko, E. Jugglers, tightrope walkers, and ringmasters: Priority setting, allocation, and reducing moral burden. Health Manage Forum. Été 2013; 26(2): 79.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les renseignements publiés dans le présent document sont destinés uniquement à des fins éducatives. Ils ne constituent pas des conseils professionnels spécifiques de nature médicale ou juridique et n'ont pas pour objet d'établir une « norme de diligence » à l'intention des professionnels des soins de santé canadiens. L'emploi des ressources éducatives de l'ACPM est sujet à ce qui précède et à la totalité du Contrat d'utilisation de l'ACPM.