Sécurité des soins

Amélioration de la sécurité des patients et réduction des risques

Prendre soin de patients atteints de maladie chronique

Publié initialement en avril 2015
W15-002-F

Les maladies chroniques affectent de plus en plus de patients. Comme elles s’inscrivent parmi les problèmes de santé les plus courants, coûteux et complexes, elles constituent un lourd fardeau pour les patients, leurs familles et la société, et posent des défis thérapeutiques aux médecins. Prodiguer des soins médicaux sécuritaires peut améliorer les résultats des personnes atteintes d’une maladie chronique et réduire l’exposition des médecins aux risques médico-légaux.

Prévenir et prendre en charge les maladies chroniques afin de retarder, voire éviter, des complications coûteuses nécessitent un large éventail de compétences ainsi qu’une approche axée sur le patient et proactive à l’égard de la prestation des soins1.

Stratégies de prise en charge des maladies chroniques

Cibler la promotion de la santé, la prévention des maladies et les dépistages précoces constitue une stratégie optimale pour une prise en charge efficace des maladies chroniques. Les médecins peuvent aider les patients à comprendre et prendre leur responsabilité à l’égard de facteurs de risque cliniques observés dans de nombreuses maladies chroniques. L’énoncé de politique de l’Association médicale canadienne intitulée Le rôle des médecins dans la prévention de la maladie et la promotion de la santé recommande aux médecins de « continuer d’intégrer à leur pratique tous les niveaux de promotion de santé et de prévention de la maladie »2.

Les patients atteints d’une maladie chronique bénéficient d’une approche axée sur le patient. Les médecins devraient informer leurs patients des répercussions de leur maladie sur leur style de vie et du pronostic qui y est associé, et leur suggérer des solutions pour y faire face dans leur vie professionnelle et personnelle. Il peut parfois être difficile d’obtenir l’adhésion des patients aux plans d’investigation et de traitement. Les médecins devraient prendre des mesures pour éduquer les patients sur leur maladie, les encourager à prendre bien soin d’eux-mêmes, et renforcer les messages centraux sur la maladie, le cas échéant. Lorsqu’il existe d’autres options raisonnables, le médecin devrait en discuter avec le patient et s’abstenir de présumer du choix de traitement. Le consentement du patient demeure d’une importance capitale pendant tout ce processus. Les médecins devraient également reconnaître lorsque certains patients (de nouveaux immigrants ou des personnes âgées) nécessitent plus d’aide pour prendre en charge leur santé.

Étant donné que les problèmes de santé mal contrôlés peuvent entraîner un préjudice et que les patients peuvent présenter des maladies chroniques multiples, des précautions sont de rigueur au moment de prodiguer des soins à ces patients. Par exemple, il peut être nécessaire de prêter attention non seulement aux interactions entre les traitements (y compris les interactions médicamenteuses) mais également à celles entre les différentes maladies présentées.

La culture peut également influencer l’autogestion des soins et la prise en charge des maladies chroniques. Ainsi, les attitudes individuelles ou familiales à l’égard de l’alimentation, du poids, de l’activité physique peuvent faire obstacle, ou au contraire, encourager les changements nécessaires pour une approche d’autogestion des soins. Les médecins doivent aider les patients à se sentir responsabilisés vis-à-vis de leur santé.

Les patients atteints de maladie chronique doivent également savoir quand accéder à des services de santé et avec qui communiquer. Médecins et patients devraient créer un plan d’action comportant les symptômes nécessitant un avis médical, des protocoles de suivi, une liste des examens requis, des conseils sur la gestion des médicaments, et les informations que les patients devraient noter pour aider les professionnels de la santé à assurer le suivi de leur maladie (par ex., la glycémie, le poids, la tension artérielle).

Coordination des soins

Étant donné que les médecins travaillent en collaboration avec d’autres professionnels de la santé, il est important de coordonner les soins prodigués aux patients atteints de maladie chronique. Une évaluation globale et une planification ciblée des soins constituent des composantes essentielles du plan de traitement. La coordination des soins est renforcée par l’échange approprié des informations, la collaboration avec d’autres professionnels de la santé, ainsi que la préparation de consultations, ou de demandes de consultation, efficaces. Les objectifs thérapeutiques peuvent différer selon chaque professionnel de la santé, ce qui illustre la nécessité d’une bonne communication entre les divers intervenants3.

Les médecins devraient également établir des mesures pour s’assurer que tous les membres de leur pratique connaissent leurs rôles et responsabilités : cela va de l’assistance pour la coordination des soins, la documentation claire, et les informations appropriées pour le transfert des soins, à la gestion efficace des résultats d’examen, en passant par des procédures de suivi complètes.

Atténuer les risques

Prendre soin des patients atteints d’une maladie chronique peut poser des défis. Cependant, les médecins peuvent prendre des mesures pour atténuer les risques médico-légaux liés à leurs soins :

  • Mettre l’accent sur les activités de promotion de la santé et de prévention des maladies avec les patients. Les médecins devraient envisager l’utilisation des ressources et outils disponibles pour aider à l’éducation des patients afin qu’ils puissent prendre des décisions éclairées et participer à leurs propres soins. Par exemple, ils peuvent informer les patients de l’existence de groupes de soutien.
  • Prendre connaissance de toute directive de pratique clinique pertinente fournie par les sociétés de spécialistes appropriées.
  • Œuvrer avec les patients et d’autres professionnels de la santé pour élaborer des plans de soins complets, axés sur les patients. Les patients devraient, dans la mesure du possible, participer à leurs soins et aux décisions thérapeutiques.
  • Réfléchir au rôle des dossiers médicaux électroniques et à la communication électronique. Le cas échéant, et à mesure des progrès technologiques, les médecins pourraient décider de suivre les patients atteints de maladie chronique à distance et de les faire participer à la prise en charge de leur santé.
  • Aider les patients à accéder à des soins lorsqu’ils en ont besoin. Les procédures de gestion de la pratique et les systèmes de gestion des rendez-vous devraient soutenir les patients dans leur démarche de consultation de leur médecin ou d’un autre membre de l’équipe soignante, le cas échéant. Il convient d’envisager d’inclure un processus facilitant le suivi en temps opportun et la gestion des rendez-vous manqués. Donner des consignes de suivi ou de congé par écrit peut être utile.
  • Communiquer de manière efficace et cohérente avec les patients et d’autres professionnels de la santé, le cas échéant.
  • Documenter les discussions avec les patients, les décisions thérapeutiques et les responsabilités acceptées.
  • Gérer avec précaution les résultats d’examen et la coordination des soins. Dans le cadre de soins interprofessionnels, les rôles et responsabilités de chaque professionnel de la santé devraient être précisés. Le médecin le plus responsable a la responsabilité globale de gérer et de coordonner les soins, ainsi que la prise en charge d’un patient à un moment précis.
  • Évaluer régulièrement l’évolution du patient en faisant participer ce dernier à cette évaluation.

Vous avez des questions?

À titre de membres de l’ACPM, les médecins ont accès à des ressources et des conseils d’ordre médico-légal. N’hésitez pas à communiquer avec un médecin-conseil de l’ACPM en cas de préoccupation particulière ou de questions.




Références

  1. Peter Sargius, Prévention et gestion des maladies chroniques : Verre à moitié plein ou à moitié vide, dans Série de rapports de synthèse sur la mise en commun des connaissances, Fonds pour l’adaptation des soins de santé primaires, Ottawa : Publications Santé Canada (mars 2007). Consulté le 25 février 2015. http://www.hc-sc.gc.ca/hcs-sss/pubs/prim/2006-synth-chronic-chroniques/index-fra.php#a6
  2. Association médicale canadienne, Le rôle des médecins dans la prévention de la maladie et la promotion de la santé, Politique de l’AMC (mise à jour 2001), 3. Consulté le 25 février 2015. http://policybase.cma.ca/dbtw-wpd/PolicyPDF/PD02-02F.pdf
  3. Ontario Medical Association, « Chronic Disease Management » (2009). Consulté le 25 février 2015. https://www.oma.org/Resources/Documents/2009ChronicDiseaseManagement.pdf

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les renseignements publiés dans le présent document sont destinés uniquement à des fins éducatives. Ils ne constituent pas des conseils professionnels spécifiques de nature médicale ou juridique et n'ont pas pour objet d'établir une « norme de diligence » à l'intention des professionnels des soins de santé canadiens. L'emploi des ressources éducatives de l'ACPM est sujet à ce qui précède et à la totalité du Contrat d'utilisation de l'ACPM.