Obligations et responsabilités

Les attentes des médecins en exercice

Améliorer le transfert des soins

Publié initialement en mars 2016
W16-001-F

Pour être efficace, un transfert des soins doit nécessairement inclure la communication d’informations exactes, pertinentes et suffisantes ainsi que la possibilité de discuter de ces informations et d’obtenir des éclaircissements à leur égard.1 De nombreux obstacles peuvent entraver le transfert des soins et augmenter les risques tant pour les patients que pour les médecins.2 Dans l’optique de gérer les risques, les médecins voudront envisager diverses stratégies visant à surmonter ces obstacles.

Le transfert des soins consiste à transférer la responsabilité et la responsabilisation, de manière temporaire ou permanente, de la totalité ou d’une partie des aspects des soins d’un patient ou d’un groupe de patients.1

Ce que révèlent les dossiers de l’ACPM

Dans le cadre d’une analyse de ses dossiers médico-légaux (2010 à 2014) portant sur le transfert des soins, l’ACPM a déterminé que les facteurs suivants ont contribué aux problèmes liés aux transferts, dont bon nombre relèvent de la communication :

  1. Contexte (p. ex., milieu de travail achalandé, comportant de nombreuses interruptions et distractions)
  2. Contraintes de temps
  3. Incompatibilité des styles de communication
  4. Manque d’information au sujet de l’état du patient ou du plan de soins, notamment sa documentation
  5. Utilisation inappropriée d’un outil de communication normalisé
  6. Formation insuffisante sur les transferts des soins sécuritaires.

Surmonter les barrières, améliorer le transfert des soins

Les experts et les chercheurs en sécurité des patients proposent diverses stratégies visant à aider les médecins à effectuer un transfert des soins plus efficace, dont quelques-unes sont brièvement décrites ci-dessous.

Pour surmonter les barrières à la communication durant un transfert des soins, certains experts préconisent, dans la mesure du possible, l’échange d’information en personne plutôt qu’à l’aide de moyens électroniques ou de communication écrite tels les textos ou les tableaux interactifs.3 D’autres recommandent que les professionnels de la santé s’assoient côte à côte pour passer en revue ensemble le contenu de l’outil électronique de transfert des soins ou les divers écrans d’ordinateur ainsi que la liste des patients.4 Cette démarche peut aussi favoriser un dialogue interactif. Pour s’assurer d’avoir bien compris l’information transmise, les professionnels qui prennent en charge les soins d’un patient sont encouragés à faire preuve d’écoute active durant le transfert des soins et à relire à voix haute ou à répéter les renseignements reçus.5

Les experts en matière de sécurité des patients recommandent des méthodes de communication structurée ou normalisée pour la transmission d’informations. Il existe de nombreux outils de communication structurée (méthodes mnémotechniques) pour aider à se rappeler des étapes importantes du transfert; p. ex., SBAR ou SAER (Situation, Antécédents, Évaluation et Recommandation) et IPASS6,7 (Illness severity [Gravité du cas], Patient summary [Résumé du patient], Action list [Plan d’action], Situation awareness and contingency planning [Conscience situationnelle et plan d’urgence], et Synthesis by receiver [Synthèse de l’interlocuteur]).

Les outils de communication structurée comprennent généralement les composantes suivantes1 :

  • l’anamnèse du patient, dont les antécédents et la situation actuelle
  • l’évaluation, ce qui pourrait se produire ensuite et ce que l’on a dit au patient et à sa famille
  • le plan recommandé avec une liste des mesures prévues et des plans d’intervention au cas où un scénario précis devait se concrétiser
  • un dialogue interactif permettant aux professionnels qui assument la prise en charge des soins de confirmer leur compréhension de la situation, d’évaluer le caractère raisonnable des plans recommandés, et de relire à voix haute les renseignements essentiels

Une description détaillée de tels outils est présentée dans le site web du Guide des bonnes pratiques de l’ACPM. (L’ACPM ne recommande pas de méthode ou d’outil de communication structurée en particulier.)

Dans une étude sur le transfert des soins, les chercheurs ont conclu que le fait de choisir un lieu tranquille pour limiter le nombre d’interruptions et de distractions avait contribué à l’amélioration du processus.3

Pour pallier les contraintes de temps, les experts suggèrent de prévoir une période réservée à communiquer l’information8 et à établir la priorité des renseignements à discuter; p. ex., en commençant à parler du patient le plus gravement malade.9 Certaines études ont démontré que l’utilisation d’un outil de communication structurée ou normalisée augmente la quantité d’information transmise, sans pour autant augmenter le temps nécessaire pour effectuer le transfert des soins;10 d’autres proposent l’utilisation d’une technologie qui télécharge automatiquement les données importantes sur les patients dans un modèle réduisant ainsi le temps consacré aux réunions d’équipe.11

Une formation axée spécifiquement sur le transfert des soins peut également donner lieu à des améliorations. À titre d’exemple, les experts ont conclu que le fait d’apprendre aux professionnels de la santé à utiliser un langage clair et précis durant le transfert des soins peut éviter une mauvaise interprétation de l’information.8

Certains experts encouragent les professionnels de la santé à mettre directement à contribution le patient (et, avec son accord, sa famille) dans le transfert des soins. Cela permet de faire comprendre au patient qu’il y a eu un changement d’équipe ou que le médecin le plus responsable a changé, de clarifier l’anamnèse et de corriger tout renseignement erroné, et de donner l’occasion de répondre aux questions et aux préoccupations.1

Puisque d’importants renseignements peuvent être perdus durant le transfert des soins, il pourrait être prudent pour le médecin qui assume la prise en charge des soins d’un patient de reconfirmer l’anamnèse directement auprès du patient, et ensuite de consigner les renseignements essentiels sur le transfert sur support papier ou électronique.1 (Pour en apprendre davantage au sujet d’une bonne documentation durant un transfert, visionnez la vidéo de l’ACPM - « La documentation racontée par une avocate ».)

Il ne s’agit là que de quelques-unes des stratégies possibles visant à améliorer les transferts. Plusieurs autres stratégies sont discutées dans la littérature médicale. En cherchant à déterminer comment améliorer l’efficacité du transfert des soins, les médecins sont encouragés à analyser leurs besoins particuliers et leur milieu de travail avant de décider des méthodes qui leur seraient utiles.

 


 

  1. Guide des bonnes pratiques de l’ACPM [Internet]. Ottawa : L’Association canadienne de protection médicale. Transferts; 2012 [cité le 1er mars 2016]]. https://www.cmpa-acpm.ca/serve/docs/ela/goodpracticesguide/pages/communication/Handovers/what_is_a_handover-f.html
  2. Fiche d’information de l’ACPM EN ACTION pour des soins sécuritaires : Le transfert des soins. Ottawa : L’Association canadienne de protection médicale; 2013 [cité le 1er mars 2016]. 2 p. https://www.cmpa-acpm.ca/fr/cmpa-risk-fact-sheets
  3. Solet D, Norvell M, Rutan G, Frankel M. Lost in translation: challenges and opportunities in physician-to-physician communication during patient handoffs. Acad Med [Internet]. Décembre 2005 [cité le 1er mars 2016]80(12);1094-1099. http://med.stanford.edu/shs/update/archives/DEC2009/Lost_in_Translation.pdf
  4. Frankel R, Flanagan M, Ebright P, Bergman A, O’Brien C, Franks Z, Allen A, Harris A, Saleem J. Context, culture and (non-verbal) communication affect handover quality. BMJ Qual Saf [Internet]. 2012 [cité le 1er mars 2016];21:i121-i127. http://qualitysafety.bmj.com/content/21/Suppl_1/i121.full doi: 10.1136/bmjqs-2012-001482
  5. Barenfanger J, Sautter RL, Lang DL, Collins SM, Hacek DM, Peterson LR. Improving patient safety by repeating (read-back) telephone reports of critical information. Am J Clin Pathol [Internet]. Juin 2004 [cité le 7 janvier 2016];121 (6): 801-803. http://ajcp.oxfordjournals.org/content/ajcpath/121/6/801.full.pdf doi: 10.1309/9DYM6R0TM830U95Q
  6. Starmer A, Spector N, Srivastava R, Allen A, Landrigan C, Sectish T and the I-PASS Study Group. I-PASS, a Mnemonic to standardize verbal handoffs. Pediatrics [internet]. 9 janvier 2012 [cité le 16 mars 2016]:129 (2);201-204. En ligne : http://pediatrics.aappublications.org/content/129/2/201 doi: 10.1542/peds.2011-2966.
  7. Starmer A, Spector N, Srivastara R, West D, Rosenbluth G, Allen A, Noble B, Tse L, Dalal A, Keohane C, Lipsitz S, Rothschild J, Wien M, Yoon C, Zigmont C, Wilson K, O'Toole J, Solan R, Aylor M, Bismilla Z, Coffey M, Mahant S, Blankenburg R, Destino L, Everhart J, Patel S, Bale J, Spackman J, Stevenson A, Calaman S, Cole S, Balmer D, Hepps J, Lopreiato J, Yu C, Sectish T, Landrigan C, pour le groupe d’étude I-Pass. Changes in medical errors after implementation of a handoff program. New Engl J Med (internet). 6 novembre 2014 [cité le 16 mars 2016];371:1803-1812. En ligne : http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMsa1405556
  8. Centre collaborateur de l’OMS pour les Solutions en Matière de Sécurité des Patients. Communication lors des changements de prestataire. Solutions pour la Sécurité des Patients. [Internet]. Mai 2007 [cité le 1er mars 2016];1(3). http://www.who.int/patientsafety/events/07/patientsafety_solutions_french.pdf
  9. Cohen M, IIan R, Garrett L, LeBaron C, Christianson M. The earlier the longer: disproportionate time allocated to patients discussed early in attending physician handoff sessions. Arch Intern Med [Internet]. Décembre 2012 [cité le 1er mars 2016];172(22):1762-1764. http://archinte.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1391009 doi: 10.1001/2013.jamainternmed.65.
  10. Thompson J, Collett L, Langbart M, Purcell N, Boyd S, Yuminaga Y, Ossolinski G Susanto C, McCormack A. Using the ISBAR handover tool in junior medical officer handover: a study in an Australian tertiary hospital. Postgrad Med J. 2011; 87:340-4.
  11. Van Eaton EG, Horvath KD, Lober WB, Rossini AJ, Pellegrini CA. A randomized, controlled trial evaluating the impact of a computerized rounding and sign-out system on continuity of care and resident work hours. J Am Coll Surg, 2005; 200(4);538-545.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les renseignements publiés dans le présent document sont destinés uniquement à des fins éducatives. Ils ne constituent pas des conseils professionnels spécifiques de nature médicale ou juridique et n'ont pas pour objet d'établir une « norme de diligence » à l'intention des professionnels des soins de santé canadiens. L'emploi des ressources éducatives de l'ACPM est sujet à ce qui précède et à la totalité du Contrat d'utilisation de l'ACPM.