Le mot du directeur général

L’ACPM travaille présentement à l’organisation de son événement le plus important de l’année, soit l’assemblée annuelle et la séance d’information qui auront lieu le 24 août prochain à Vancouver. Si vous vous êtes déjà demandé comment l’ACPM détermine et optimise vos cotisations afin de vous offrir une protection efficiente en matière de responsabilité médicale, je vous convie tout particulièrement à vous joindre à nous. Il est aussi important qu’intéressant d’en apprendre davantage sur la façon dont l’ACPM constitue encore de nos jours une composante essentielle du système de santé.

Cette année, la séance d’information s’intitule « Prescription d’opioïdes : Conversations. Collaboration. Solutions. » Vous conviendrez, sans nul doute, que la prescription d’opioïdes pour contrer la douleur chronique constitue une question à la fois sérieuse et complexe. Pour replacer le problème dans son contexte, il suffit de se rappeler que seuls les États-Unis devancent le Canada en matière de consommation d’opioïdes d’ordonnance par habitant. De surcroît, l’utilisation d’opioïdes d’ordonnance en Amérique du Nord équivaut à plus du double de celle de l’Union européenne, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.1

Manifestement, la croissance de l’utilisation des opioïdes et de leur abus constitue un phénomène qui nécessite une attention immédiate. L’ACPM estime que nous devons chercher à mieux comprendre les causes sous-jacentes de la surprescription et de la surutilisation des opioïdes, et les mesures qui nous permettraient de rectifier la situation.

À Vancouver, nous avons l’intention de vous faire part de renseignements utiles au sujet de l’expérience de l’ACPM en ce qui concerne les problèmes médico-légaux associés à la prescription d’opioïdes. Nous avons également l’intention de nous pencher sur des approches particulières s’étant avérées fructueuses pour certains médecins, de façon à ce que d’autres médecins puissent améliorer leurs pratiques en matière de prescription d’opioïdes.

L’offre aux médecins d’une formation sur les pratiques optimales en matière de prescription ne constitue qu’une des façons d’aborder le problème. Au niveau sociétal, nous devons également nous attaquer à la multitude des problèmes systémiques existants et concevoir des façons d’améliorer, à l’échelle du système, la prévention des préjudices attribuables aux opioïdes. Par exemple, la mise en place de meilleures mesures de surveillance et de meilleurs systèmes pour effectuer le suivi des ordonnances d’opioïdes aiderait les médecins à repérer les patients qui cherchent à obtenir des opioïdes auprès de plusieurs médecins à la fois. Il pourrait également être utile d’offrir des mesures de soutien aux médecins qui pratiquent dans des régions où l’utilisation de drogues est élevée et qui pourraient faire l’objet d’intimidations ou de menaces de la part de patients cherchant à obtenir des opioïdes d’ordonnance.

Cette séance d’information de l’ACPM fera appel à un groupe d’experts du Canada et des États-Unis qui aborderont de nombreux aspects de la prescription d’opioïdes et qui répondront à vos questions. Je pense que les participants à cette séance en tireront de précieux renseignements; cette séance sera également offerte en webdiffusion sur notre site web pour ceux qui ne pourront se joindre à nous.   

Soyez donc tous les bienvenus! Je vous convie à ce qui sera, sans aucun doute, une séance fort stimulante et me réjouis à la perspective de rencontrer bon nombre d’entre vous à Vancouver.

 

Hartley Stern, MD, FRCSC, FACS

 

  1. Evidence Network. Backgrounder: Canada’s prescription opioid crisis. University of Manitoba. Le 31 juillet 2014 [cité le 4 mars 2016]. En ligne : http://umanitoba.ca/outreach/evidencenetwork/archives/19635