L’ACPM présente une table ronde d’experts – Soins virtuels : leçons tirées de la pandémie de COVID-19

OTTAWA, le 24 août 2020—L’Association canadienne de protection médicale (ACPM) a présenté aujourd’hui une première séance éducative virtuelle intitulée Soins virtuels au Canada : Leçons tirées de la pandémie de COVID-19. Des membres et partenaires de l’ACPM de partout au Canada ont écouté des professionnels de la santé numérique, des responsables de la réglementation de la médecine, des médecins et des experts médico-légaux explorer et communiquer leurs points de vue sur cet environnement de pratique qui évolue rapidement. 

« La pandémie de COVID-19 a brusquement changé le tableau des soins de santé, poussant inopinément les médecins et les patients à adopter les soins virtuels », a déclaré la Dre Lisa Calder, nouvelle directrice générale de l’ACPM. « Alors que l’adoption des soins virtuels continue de croître, il est essentiel que les médecins apprennent à tirer parti des possibilités offertes par les soins virtuels et à relever les défis que posent ceux-ci pour garantir aux patients une expérience en toute sécurité. »

Un éminent groupe d’experts a présenté différents points de vue dans le cadre d’une exploration de l’utilisation appropriée des soins virtuels, de la télésanté et des plateformes numériques. Dans son allocution principale, M. Seamus Blackmore, expert-conseil en chef dans le domaine de la santé pour la région de l’Atlantique (Canada) chez Deloitte, a examiné les obstacles à la mise en œuvre des soins virtuels au Canada avant la pandémie et a expliqué comment cette crise a fait progresser les soins virtuels au Canada.

« La pandémie a, en six mois, fait progresser d’une décennie l’adoption des soins virtuels. Les obstacles qui se sont longtemps dressés sur notre route, tels que les codes tarifaires, les préoccupations en matière de vie privée et de sécurité, et la technologie, se sont avérés rapides à surmonter », a déclaré M. Blackmore lors de son allocution principale. « Les soins virtuels sont devenus le moyen de facto d’accéder aux soins de santé et cela ne changera probablement pas dans un monde post-pandémique. Le génie est sorti de la bouteille et a exaucé le vœu d’obtenir un système de santé facilement accessible et pratique. »

« Les soins virtuels sont là pour rester, mais ils ne remplaceront pas toutes les visites en personne. Comme les soins de santé continuent d’évoluer, la formation, l’affectation des ressources, les progrès technologiques et l’évolution des besoins des patients influenceront l’intégration sécuritaire de la télémédecine », a déclaré la Dre Guylaine Lefebvre, directrice administrative des Soins médicaux sécuritaires à l’ACPM et modératrice de la séance. « L’ACPM continuera de guider les médecins canadiens à mesure que ce modèle de médecine s’étendra et évoluera, en les aidant à mieux comprendre les questions de consentement, de respect de la vie privée et de normes de pratique, afin qu’ils puissent continuer à prodiguer les meilleurs soins possibles aux patients dans tout le pays. »

Mettant en vedette la Dre Heidi Oetter, registraire et directrice générale, Collège des médecins et chirurgiens de la Colombie-Britannique, le Dr Darren Larsen, chef de la direction médicale, OntarioMD, et Me Daniel Boivin, Service du contentieux de l’ACPM, associé, Gowling WLG, cette séance a permis aux panélistes de captiver l’auditoire en leur donnant des conseils et en leur faisant part de leurs observations sur divers aspects de l’utilisation appropriée des soins virtuels, tant sur les possibilités qu’ils offrent que sur leurs pièges potentiels. L’événement a été complété par une séance de questions approfondie pour les médecins membres de l’ACPM.

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec :

Mme Noëlla LeBlanc
Gestionnaire, Communications
Association canadienne de protection médicale
media@cmpa.org


Au sujet de l’ACPM

L’ACPM offre, de médecin à médecin, des conseils et une assistance efficaces et de grande qualité à l’égard de problèmes médico-légaux, y compris le versement d’une compensation financière appropriée aux patients ayant subi un préjudice à la suite de soins négligents (faute professionnelle au Québec). Nos produits et nos services, conçus en fonction de données probantes, accroissent la sécurité des soins médicaux, réduisant ainsi les préjudices et les coûts inutiles.

À titre d’organisation canadienne comptant le plus grand nombre de médecins et avec le soutien de ses plus de 100 000 membres, l’ACPM joue un rôle de collaborateur, de défenseur des droits et d’agent de changement positif sur des enjeux importants au niveau médico-légal et pour le système de santé. L’Association est gouvernée par un Conseil élu de médecins.