L’ACPM publie une recherche novatrice sur les résidentes et résidents faisant l’objet d’actions civiles

OTTAWA, le 14 septembre 2022 – L’Association canadienne de protection médicale (ACPM) annonce aujourd’hui la publication d’un article intitulé Patterns and trends among physicians-in-training named in civil legal cases. L’article vise à présenter les résultats d’une étude qui serviront à orienter les futures activités éducatives sur la sécurité des patients qui seront élaborées par l’Association à l’intention des résidentes et résidents (médecins en formation) dans le but d’améliorer la sécurité des soins médicaux.

Publié dans CMAJ Open, cet article porte sur la première étude revue par des pairs de ce type visant à évaluer la fréquence et la nature des actions civiles intentées contre des médecins en formation au Canada. Rappelons que les résultats de l’étude serviront à orienter les efforts déployés par l’ACPM pour renforcer la sécurité des patients au moyen de l’offre, aux médecins en formation, d’activités éducatives de pointe visant à atténuer la fréquence et la gravité des problèmes liés aux enjeux entourant la responsabilité médicale.

Miser sur l’apprentissage et la promotion de la sécurité des patients

La publication des résultats de cette étude aidera les médecins en formation à prévoir et à limiter les risques pour la sécurité des patients, mais également à définir leurs attentes quant aux événements médico-légaux qui pourraient survenir durant leurs années de formation. Plus particulièrement, la mise en évidence des tendances médico-légales propres aux divers domaines de spécialité pourrait aider les parties prenantes de la formation médicale postdoctorale à se concentrer sur les axes prioritaires afin d’atténuer les risques médico-légaux.

« En fin de compte, c’est grâce à la collecte et l’analyse de données de recherche rigoureuses que nous sommes en mesure d’élaborer des activités de formation pour les médecins qui favorisent la sécurité des patients », explique le Dr Armand Aalamian, directeur administratif, Éducation, à l’ACPM. « Notre éventail d’activités est un exemple exceptionnel des moyens que nous utilisons pour répondre aux besoins de nos membres en matière de sécurité des patients. »

La lumière sur le fardeau émotionnel des actions civiles chez les médecins en formation

Évidemment, les actions civiles imposent un lourd fardeau émotionnel à tous les médecins. Cependant, certains facteurs de stress uniques et d’autres éléments importants sont à considérer dans le cas des médecins en formation qui font l’objet de telles actions. Nous savions déjà que la responsabilité médico-légale est parfois source de préoccupations chez ces médecins, mais nous ignorions jusqu’à maintenant la fréquence et les motifs des actions civiles intentées contre eux.

Parmi les résultats importants de l’étude, citons la durée des actions civiles, qui peuvent se dérouler sur plusieurs années. Or si l’on considère que la durée de la résidence est de deux à trois ans dans les programmes de médecine familiale, et de quatre à cinq ans dans certains programmes de spécialité, on constate que les actions civiles se poursuivent parfois tout au long de la résidence, voire au-delà.

« L’obtention de résultats défavorables pour les patients est déjà une source considérable de stress pour les médecins en formation, mais lorsque celles et ceux-ci font de surcroît l’objet d’une instance médico-légale, la situation peut devenir accablante », affirme la Dre Lisa Calder, directrice générale de l’ACPM et auteure principale de l’étude. « Ce sont des expériences difficiles, et cette étude jette une lumière sur un élément méconnu et négligé de la vie des résidentes et résidents. »

Recherche de l’ACPM : appuyer les médecins et améliorer la sécurité des patients

Forte de ses plus de 105 000 membres, dont 12 % sont des médecins en formation, l’ACPM est l’organisation canadienne qui compte le plus grand nombre de médecins. Outre les demandes en ligne, les quelque 45 médecins-conseils de l’ACPM répondent à plus de 24 000 demandes téléphoniques de conseils chaque année, et ils offrent aux membres un soutien empathique ainsi que des conseils d’expert pour les aider à relever les défis d’ordre médico-légal et liés à la sécurité des patients dans leur pratique.

« Nous disposons de la plus vaste base de données médico-légales nationale sur des médecins au monde », déclare M. Chantz Strong, directeur administratif, Recherche et analytique, et chef de la protection des renseignements personnels, à l’ACPM. « Nous sommes donc les mieux placés pour cibler les tendances médico-légales chez les médecins canadiens. »

Les études menées par l’ACPM sont publiées dans des revues médicales et scientifiques examinées par des pairs et favorisent la mise sur pied de projets de recherche en collaboration.

Prenez connaissance de l’analyse complète publiée dans CMAJ Open.

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour demander une entrevue, écrivez à l’adresse : [email protected]


À propos de l’ACPM

L’ACPM offre, de médecin à médecin, des conseils et une assistance efficaces et de grande qualité à l’égard de problèmes médico-légaux, y compris le versement d’une compensation financière appropriée, au nom de ses membres, aux patients ayant subi un préjudice à la suite de soins négligents (ou, au Québec, d’une faute professionnelle). Ses produits et services, conçus en fonction de données probantes, accroissent la sécurité des patients, réduisant ainsi les préjudices et les coûts inutiles.

À titre d’organisation canadienne comptant le plus grand nombre de médecins et avec le soutien de ses plus de 105 000 membres, l’ACPM joue un rôle de collaborateur, de défenseur des droits et d’agent de changement positif sur des enjeux importants sur le plan médico-légal et pour le système de santé. L’Association est gouvernée par un Conseil élu de médecins.