English

Erreurs et questions de jugement


Même les bons médecins commettent des erreurs

Embûches du regard rétrospectif


Biais rétrospectif

Le regard rétrospectif est de 20/20. Le fait de savoir qu'un résultat clinique défavorable et inattendu s'est produit augmente la conviction qu'il était prévisible et, par conséquent, évitable, et qu'il est associé à l'insouciance ou à de piètres soins cliniques.

S'ouvre dans une nouvelle fenêtre

Certains problèmes médicaux sont difficiles à diagnostiquer. En révisant les évaluations antérieures du patient, les signes et les symptômes qui annonçaient le diagnostic définitif sautent aux yeux et peuvent sembler évidents. Toutefois, les personnes qui ont effectué ces évaluations antérieures avaient comme défi de sélectionner ces signaux parmi la totalité des signes et des symptômes chez le patient à l'origine.

Il est possible de tenter d'éviter le biais rétrospectif en évaluant à quel point les facteurs tels l'évolution naturelle d'une maladie, les renseignements cliniques supplémentaires et les améliorations à la technologie utilisée pour les investigations cliniques peuvent influer sur les évaluations rétrospectives.

Cas : Une femme de 56 ans atteinte d'un cancer du sein
Cliché d'une mammographie

Contexte

Une mammographie de dépistage révèle la présence d'un nodule mammaire et les investigations confirment qu'il s'agit d'un cancer.

Le radiologiste passe en revue les mammographies antérieures de la patiente et remarque que des microcalcifications et une distorsion architecturale étaient présentes lors d'une mammographie effectuée deux ans plus tôt.

Résultat

Ce ne sont pas tous les types de cancer du sein qui peuvent être identifiés à l'aide de la mammographie.

Certaines mammographies révèlent des signes de malignité très subtils ou même indécelables tels qu'une masse, des microcalcifications, une distorsion architecturale, une asymétrie de densité ou une formation de densité.

D'autres malignités sont complètement masquées par la superposition de tissus fibroglandulaires très denses.

Leçons retenues

Il est courant pour les radiologistes de comparer une mammographie qu'ils viennent de recevoir avec une ou plusieurs mammographies antérieures.

Après un diagnostic de cancer, il est plus facile d'identifier les changements dans l'architecture mammaire qui reflètent le développement d'un cancer.

En sachant où regarder, il est possible d'identifier après coup des changements subtils qui se situaient à l'origine sous le seuil de détection pour un radiologiste compétent.

Leçons retenues – suite

Cela n'indique pas qu'il y a eu négligence ou démonstration de responsabilité professionnelle (responsabilité civile au Québec) ni un piètre rendement.

La réalité est telle qu'une maladie doit évoluer à un point où elle peut être décelée dans les limites de la sensibilité de l'imagerie diagnostique utilisée.

Après avoir fait tout en votre possible pour éliminer le biais rétrospectif, vous pouvez être porté à croire qu'une lésion décelée lors d'une investigation antérieure aurait dû sembler « évidente ».

Une lésion évidente qui est passée inaperçue est généralement estimée en être une que la plupart des radiologistes auraient reconnue lors de l'investigation antérieure.

Précédente
Suivante