English

Sécurité culturelle


Respecter les patients et leur famille

Pratiquer conformément à ses croyances


  • Toute discrimination est illégale.
  • Le médecin ne peut refuser d'évaluer un patient pour des motifs d'objection de conscience.
  • À l'exception des situations d'urgence, le médecin peut refuser de prodiguer un traitement pour des motifs d'objection de conscience.
Piétons passant devant un sans-abri

Pour prodiguer des soins dans le respect des différences culturelles, il est important de reconnaître l'existence de partis pris conscients et inconscients et d'en tenir compte. Bien que le médecin puisse avoir à l'égard d'un certain traitement (p. ex. un avortement thérapeutique, l'aide médicale à mourir) une objection de conscience fondée sur des croyances religieuses ou issues de sa propre culture, il n'est généralement pas acceptable de simplement refuser d'évaluer les besoins des patients pour ces motifs.

Médecin qui réfléchit aux options possibles

En revanche, on ne peut pas obliger un médecin à poser un acte illégal, quelles que soient les ententes conclues avec le patient, les conflits existant entre eux ou les croyances personnelles et les souhaits du patient. Des exemples d'actes précis actuellement illégaux au Canada comprennent l'excision génitale féminine (aussi appelée la mutilation génitale féminine) et l'euthanasie involontaire.

Quoi faire lorsque vous avez une objection de conscience

Les organismes de réglementation (Collèges) ont généralement statué que les médecins devaient fournir à leurs patients des informations médicales objectives, y compris en ce qui concerne les endroits où ils peuvent obtenir le service qu'ils demandent.
  • Dans les cas d'urgence, les médecins doivent agir pour sauver la vie ou conserver l'intégrité physique.
  • Dans les autres cas, ils ne sont pas tenus d'exécuter la procédure ou de fournir le service qu'on leur demande si des considérations morales les en empêchent.
  • Toutefois, les politiques de plusieurs Collèges peuvent exiger davantage qu'un simple refus de la part des médecins. Dans de tels cas, les médecins doivent traiter tous leurs patients équitablement et avec respect, et leur fournir suffisamment d'information et de ressources pour leur permettre de faire un choix éclairé et d'accéder aux options de soins. Ceci peut signifier de les adresser à un autre médecin qui pourra accepter et être en mesure de prodiguer les soins que le patient souhaite recevoir.

Pistes de réflexion

Pouvez-vous imaginer une requête d'un patient à l'égard de laquelle vous auriez une objection de conscience?

Comment pourrez-vous répondre dans le respect des différences culturelles et conformément aux règles de pratique en vigueur au Canada?