English

Communication au sein d'une équipe


Dialoguons

Conscience situationnelle


  • En tant que membre d'une équipe, vous devez vous exprimer immédiatement.
  • Acceptez et utilisez les commentaires reçus de tous les professionnels de la santé.
La conscience situationnelle est une habileté cognitive où l'on est conscient de ce qui se passe autour de soi, en confirmant continuellement ses perceptions à la réalité et aux données apparentées qui s'échangent. Cette habileté comprend la capacité de prédire les répercussions immédiates et futures de vos propres gestes ou de ceux de votre équipe, dont anticiper les complications.

Il est facile de perdre la conscience situationnelle. Les médecins devraient donc accueillir et utiliser les renseignements transmis par tous les professionnels de la santé.

Cas : Elaine Bromiley – Impossible d'intuber ou de ventiler

Voici un résumé d'un cas de sécurité des patients bien connu au Royaume-Uni

Deux chirurgiens procédant à une intervention

Contexte

Elaine Bromiley était une femme en santé de 37 ans souffrant de sinusite chronique, qui a été admise à l'hôpital pour une septoplastie.

Après l'induction, l'anesthésiologiste n'a pas pu installer un masque laryngé. En se fondant sur la supposition raisonnable selon laquelle l'anesthésie n'était pas assez profonde, l'anesthésiologiste a administré une légère dose additionnelle d'anesthésique. Le masque laryngé était encore impossible à fixer, et la ventilation par masque et ballon est demeurée inadéquate.Une nouvelle dose de myorelaxants a été administrée, mais le larynx était impossible à visualiser, et l'intubation endotrachéale a échoué. Malgré cela, trois consultants chevronnés ont persévéré et ont fait plusieurs autres tentatives d'intubation pour sécuriser les voies respiratoires, pendant environ 20 minutes. Pendant la majeure partie de cette période, la pO2 était de 40 % ou moins.

Dès le départ, les infirmières de la salle d'opération avaient dit aux consultants que la salle comportait du matériel chirurgical. Malgré cela, aucune tentative d'ouverture chirurgicale des voies respiratoires n'a été faite. On a décidé que la patiente devait « se réveiller naturellement », et elle a été transférée à la salle de réveil. Mme Bromiley n'a jamais repris conscience, et le maintien des fonctions vitales a été retiré après de nombreux jours.

Pistes de réflexion

Les nombreux médecins et infirmières en cause dans cette affaire étaient tous considérés en tant que professionnels dotés d'une compétence technique. L'incapacité d'intuber est un risque inhérent reconnu de l'anesthésie. Des lignes directrices sur l'impossibilité d'intuber et de ventiler existent pour cette urgence médicale reconnue en anesthésie.

Quel a donc été le problème?

Leçons retenues

Une enquête sur les soins qu'a reçus Mme Bromiley s'est soldée par les conclusions suivantes.
  • Perte de conscience situationnelle – Les consultants, qui se concentrent sur l'intubation, perdent de vue l'état clinique global de la patiente.
  • Leadership – Il fallait un superviseur général pour s'occuper de la communication et de la prise de décisions.
  • Dispositions cognitives – L'équipe, surtout les consultants, s'est accrochée à l'intubation endotrachéale en tant que solution à cette situation stressante, et n'a pas tenu compte du protocole prévu pour cette situation.
  • Incapacité de communiquer avec assurance – Certaines infirmières se sont rendu compte de la situation et ont demandé du matériel médical pour la prise en charge chirurgicale des voies respiratoires. La culture et les hiérarchies de la salle d'opération ont interféré avec l'intention des infirmières d'avertir le personnel. Elles n'ont pas su comment s'exprimer de façon efficace.

Précédente
Suivante

Pour en savoir davantage au sujet du cas d'Elaine Bromiley, voir la vidéo S'ouvre dans une fenêtre contextuelle ou une reconstitution S'ouvre dans une fenêtre contextuelle. Remarque : Cette vidéo est présentée en anglais seulement.