Bien-être des médecins

Gestion du stress et maintien de la santé

Résidents et résilience

Publié initialement en novembre 2016
W16-005-F

Tous les médecins doivent être résilients devant les demandes croissantes des patients et du système de santé. Les résidents, quant à eux, font face à des défis uniques et ne doivent pas négliger leur propre santé physique et mentale à un stade de leur carrière où ils assument de nouveaux rôles et responsabilités. Conjuguer l’apprentissage, les soins dispensés aux patients, le perfectionnement des compétences, l’enseignement, la recherche, de même que les responsabilités personnelles et familiales peut représenter un lourd fardeau, et les résidents ont besoin d’habiletés et de capacités pour conserver leur résilience et leur santé.

Résilience

La résilience se définit comme « …la capacité de quelqu’un à réagir au stress d’une façon adaptative et saine, de telle sorte que les objectifs personnels sont atteints à un coût minimal sur le plan psychologique et physique ».1 La résilience est la capacité de gérer le stress et les problèmes de la manière la plus positive possible. Dans le contexte des soins de santé, la résilience contribue aussi grandement à la prévention de l’épuisement et de la dépression, et à la prestation de bons soins sécuritaires aux patients.

Dans son Référentiel de compétences CanMEDS 2015 pour les médecins, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, sous le rôle Professionnel, parle de : « Recours au privilège d’autoréglementation, en tenant compte de ses réflexions, comportements, émotions et attention en vue d’un rendement et d’un bien-être optimaux » et de « Résilience pour une pratique médicale durable ».2 Le Collège souligne ainsi l’importance de la santé pour les médecins, et leur obligation de posséder les compétences et habiletés nécessaires pour mener une longue carrière gratifiante tout en prodiguant des soins médicaux sécuritaires.

Les résidents sont confrontés à de nouvelles tâches et obligations, souvent dans de nouveaux milieux avec de nouvelles personnes, et doivent se soucier particulièrement de leur santé physique et mentale. Ils doivent aussi se tenir au courant des mesures qu’ils peuvent prendre pour assurer leur bien-être.

Une recherche internationale publiée dans le Journal of the American Medical Association en décembre 2015 révèle que près d’un tiers (29 %) des médecins résidents souffraient de dépression ou présentaient des symptômes de dépression.3

Reconnaître les difficultés

Les médecins doivent reconnaître comment et quand la pression leur est préjudiciable, et se doter ensuite de stratégies pour renforcer leur résilience.4 Pour ce faire, ils peuvent réfléchir à leur situation et à leurs réactions au stress, et effectuer une évaluation honnête de leurs pensées, émotions et degrés de stress. Cette conscience de soi permet aux médecins d’agir proactivement contre les facteurs de stress, les questions relatives à la charge de travail, les sentiments d’isolement ou d’autres facteurs qui diminuent leur résilience. Certains experts suggèrent l’auto-observation5 et la pleine conscience6 comme moyens de repérer d’éventuels problèmes et de s’engager sur la voie de la résilience.

Accroître la résilience

Chaque résident aura différentes façons de gérer son stress et d’accroître sa résilience. Howe et coll. ont recensé des stratégies d’adaptation positives de résilience telles que rechercher un soutien social, maîtriser les émotions négatives, apprendre par l’introspection et utiliser les croyances morales pour s’automotiver.7 Conserver des attitudes saines à l’égard du travail, développer la conscience de soi, reconnaître et accepter ses limites personnelles, cultiver des intérêts hors du travail, maintenir des relations personnelles et professionnelles saines et garder un équilibre entre le travail et la vie familiale pourraient être d’autres stratégies de renforcement de la résilience.8 Zwack et Schweitzer font aussi remarquer que « …un ensemble bien diversifié de ressources sociales et de centres d’intérêt, jumelé à des attentes réalistes et à une bonne connaissance de soi, favorisera une adaptation durable ».9

La résilience se définit comme une caractéristique qui est propre à la fois à la personne et à la communauté. Si tel est le cas, les médecins devraient envisager d’offrir et d’accepter du soutien. Comme l’autosuffisance est depuis longtemps prônée dans la culture professionnelle des médecins, il peut être difficile pour ces derniers d’accepter de l’aide ou de collaborer avec d’autres pour résoudre des problèmes.10 La situation est en train de changer. Les résidents doivent songer à discuter de leurs problèmes, préoccupations ou défis avec des pairs, des mentors, des membres de la famille ou des professionnels de la santé pour trouver des stratégies d’adaptation et des solutions.

Selon d’autres études, la résilience « s’appliquerait aux équipes et aux organisations, et non seulement aux personnes ».4 Elle peut se développer « …par le biais de la confiance mutuelle et de la force des liens entre les individus leur permettant de faire face aux difficultés et à l’adversité ».4 Par conséquent, les résidents gagneraient à explorer comment ils peuvent puiser de la force auprès de leurs collègues et autres professionnels de la santé, et comment renforcer la résilience de l’équipe soignante. Par exemple, une séance de débreffage après un événement important lié au travail, à un cas clinique ou à la sécurité d’un patient peut aider tous les professionnels de la santé, y compris les résidents, à composer avec la situation.

La réalité, c’est que la résidence clinique est ardue et exigeante. Pourtant, malgré les limites inhérentes à leur travail, les résidents ne doivent pas oublier de s’efforcer consciemment de prendre soin d’eux-mêmes et de maintenir des liens sociaux hors du travail. Ils sont encouragés à repérer des stratégies de résilience et à adopter celles qui fonctionnent le mieux dans leur cas. Même certaines des notions élémentaires de prévention, comme une bonne alimentation, l’exercice et le repos, peuvent être bénéfiques. En outre, les résidents doivent toujours garder la conviction qu’ils ont les compétences et les capacités requises pour s’adapter à l’adversité et surmonter les obstacles.

Formation sur la résilience

La résilience n’est pas une capacité présente ou absente chez une personne. Elle suppose l’apprentissage et l’acquisition de comportements, de pensées et d’actions.11 Une formation sur la résilience vise souvent à enseigner les compétences permettant de reconnaître des expériences difficiles, d’y faire face et de s’en remettre efficacement. Une formation sur la résilience fondée sur les compétences peut aider les résidents à atténuer le stress, à vaincre l’adversité et à utiliser des outils pour mieux soutenir leurs patients et leurs pairs.12

Le regroupement Médecins résidents du Canada est à élaborer un programme de formation sur mesure pour améliorer la résilience mentale chez les médecins résidents. « Les résidents apprendront à reconnaître les signes précoces de détresse et les interventions prioritaires pertinentes, à utiliser des compétences fondées sur des données probantes pour améliorer leur rendement dans des milieux de travail difficiles, et à déterminer quand et comment obtenir du soutien ».13 L’objectif ultime est un médecin compétent, en meilleure santé, qui est une ressource pour d’autres personnes en difficulté et qui peut fournir de meilleurs soins aux patients.

Obtenir de l’aide

Les résidents doivent réfléchir à leur degré de stress et à leur perception de leur résilience, et évaluer s’ils ont besoin d’assistance. Ils peuvent trouver utile de parler à des pairs, à des superviseurs ou à des directeurs de programmes universitaires, de chercher du soutien auprès de leur hôpital ou autorité en matière de santé, ou de communiquer avec leur association ou fédération des médecins résidents. L’Institut canadien pour la santé des médecins de même que les associations ou fédérations médicales provinciales et territoriales offrent aussi des ressources pertinentes, et la plupart des provinces et territoires ont des programmes de bien-être des médecins qui sont ouverts aux résidents. L’université prévoit souvent des mécanismes de soutien pour les résidents qui ne peuvent faire face à la situation. Les ressources en santé communautaire sont une autre option. Chose certaine, les résidents ne doivent pas hésiter à demander de l’aide ou à recourir au système de santé pour prendre soin de leur propre santé.

Les membres de l’ACPM peuvent aussi appeler l’Association s’ils ont besoin de conseils ou d’assistance pour toutes les questions médico-légales qui découlent de leurs activités professionnelles au Canada. Nos médecins-conseils chevronnés connaissent aussi très bien les questions relatives à la santé des médecins. Les membres peuvent également consulter le Guide des bonnes pratiques de l’ACPM > Événements indésirables > Gérer le stress.

 
 

Références

  1. Epstein RM, Krasner MS. Physician resilience: what it means, why it matters, and how to promote it. Acad Med [En ligne]. Mars 2013 [cité le 20 janvier 2016]; 88(3):301-3 : http://journals.lww.com/academicmedicine/Fulltext/2013/03000/Physician_Resilience___What_It_Means,_Why_It.12.aspx
  2. Frank JR, Snell L, Sherbino J, Boucher A, rédacteurs. Référentiel de compétences CanMEDS 2015 pour les médecins [En ligne]. Ottawa (ON): Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada; 2015 [cité le 21 janvier 2016]. 17p. : http://canmeds.royalcollege.ca/uploads/fr/cadre/CanMEDS%202015%20Framework_FR_Reduced.pdf
  3. Mata DA, Ramos MA, Bansal N, Khan R, Guille C, Angelantonio E, Sen S. Prevalence of depression and depressive symptoms among resident physicians: a systematic review and meta-analysis. JAMA. [En ligne]. Décembre 2015 [cité le 24 octobre 2016]; 314(22):2373-83 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26647259
  4. Roman S, Prévost, C. La santé des médecins : État des connaissances et approches préventives [En ligne]. Montréal (QC): Programme d’aide aux médecins du Québec : 2015 [cité le 24 octobre 2016]; 35 p. : http://catalogue.cssslaval.qc.ca/GEIDEFile/Doc_224290.pdf?Archive=102462492064&File=Doc_224290_pdf
  5. Fry H, Kneebone R, rédacteurs. Surgical education: theorising an emerging domain. New York: Springer;c2011. Chapitre 10: Self-monitoring in surgical practice: Slowing down when you should; p.169-82.
  6. Kearney MK, Weininger RB, Vachon ML, Harrison RL, Mount BM. Self-care of physicians caring for patients at the end of life: « Being connected… a key to my survival ». JAMA. [En ligne]. Mars 2009 [cité le 24 octobre 2016]; 301;11:1155-64 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19293416
  7. Howe A, Smajdor A, Stöeckl A. Towards an understanding of resilience and its relevance to medical training. Med Educ [En ligne]. Le 16 mars 2012 [cité le 20 janvier 2016]; 46(4):349-56 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22429170
  8. Jensen PM, Trollope-Kumar K, Waters H, Everson J. Building physician resilience. Can Fam Physician [En ligne]. Mai 2008 [cité le 20 janvier 2016]; 54(5):722-9 : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2377221/
  9. Zwack J, Schweitzer J. If every fifth physician is affected by burnout, what about the other four? Resilience strategies of experienced physicians. Acad Med [En ligne]. Mars 2013 [cité le 20 janvier 2016]; 88(3):382-9 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23348093
  10. Longnecker R, Zink T, Florence J. Teaching and learning resilience: Building adaptive capacity for rural practice. A report and subsequent analysis of a workshop conducted at the Rural Medical Educators Conference, Savannah, Georgia. Le 18 mai 2010. J Rural Health. Avril 2012; 28;2:122-27.
  11. The Road to Resilience [En ligne]. Washington(DC): American Psychological Association [cité le 21 janvier 2016] : http://www.apa.org/helpcenter/road-resilience.aspx
  12. Formation en résilience [En ligne]. Ottawa (ON): Médecins résidents du Canada [cité le 21 janvier 2016] : http://residentdoctors.ca/fr/bien-etre/resilience/
  13. The Resiliency Curriculum Project [En ligne]. Ottawa (ON): Médecins résidents du Canada. [cité le 21 janvier 2016] : http://residentdoctors.ca/wp-content/uploads/2015/08/Resiliency-Focus-Group-Meeting-Summary-06-27-28-15.pdf

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les renseignements publiés dans le présent document sont destinés uniquement à des fins éducatives. Ils ne constituent pas des conseils professionnels spécifiques de nature médicale ou juridique et n'ont pas pour objet d'établir une « norme de diligence » à l'intention des professionnels des soins de santé canadiens. L'emploi des ressources éducatives de l'ACPM est sujet à ce qui précède et à la totalité du Contrat d'utilisation de l'ACPM.