Sécurité des soins

Amélioration de la sécurité des patients et réduction des risques

Limiter la discussion à un problème médical

Un article écrit par des médecins, pour des médecins
Publié initialement en juin 2011
W11-005-F

La communication médecin-patient est primordiale pour assurer l'efficacité des soins. Dans un contexte où l'on exige du médecin une plus grande disponibilité que le temps dont il dispose pour se consacrer à sa pratique, la planification des rendez-vous et la façon de communiquer sont importantes et constituent un défi de taille.

Certains médecins tentent de s'adapter à des charges de travail de plus en plus lourdes et à la nécessité de mieux gérer leur temps en limitant leurs patients à un problème médical par consultation. Pour faire connaître cette technique de gestion du temps, certains médecins ont affiché ce type de message dans leur cabinet : « Veuillez vous en tenir à un problème par consultation ».

Cette approche peut sembler intéressante, mais est susceptible d'exposer les médecins à des risques médico-légaux. La formation que reçoivent les médecins les incite à être vigilants pour déceler les problèmes de santé urgents ou nouveaux. Toutefois, le risque de ne pas pouvoir dépister des problèmes de santé graves peut augmenter si les patients sont limités à un problème par consultation. De plus, le risque peut s'accroître si un patient comprend mal les raisons de limiter le nombre de problèmes de santé discutés lors d'une consultation et s'il perçoit cette restriction comme un manque de délicatesse qu'on lui impose avec rigueur.

Point à retenir

Les médecins sont encouragés à laisser les patients exprimer leurs inquiétudes concernant leur santé et il en va du jugement clinique du médecin de décider quels problèmes peuvent attendre la prochaine consultation. L'utilisation croissante de l'avis, « un seul problème par consultation » souligne l'importance pour les médecins d'être respectueux et diplomates dans leur approche avec les patients. Le numéro de décembre 2010 de Perspective ACPM fournit des renseignements supplémentaires sur la communication entre le médecin et le patient (Voir « Améliorer la communication médecin-patient »)

Tenir compte des préoccupations des patients

L'ACPM conseille à ses membres d'être attentifs et d'écouter consciencieusement les préoccupations des patients au sujet de leur santé, car leur insatisfaction peut provenir d'une impression que le médecin est trop occupé ou qu'il n'est pas intéressé.

Le principe général « un problème par consultation » peut justement faire surgir cette impression négative, en particulier chez les patients qui peuvent avoir de bonnes raisons de ne pas consulter leur médecin chaque fois qu'un problème de santé surgit et qui regroupent tous leurs problèmes pour en discuter lors d'une seule consultation. Prenons par exemple, le cas d'un patient qui doit attendre longtemps avant d'obtenir un rendez-vous ou qui, pour des raisons personnelles, a de la difficulté à obtenir un rendez-vous avec son médecin.

 

Problèmes médico-légaux possibles

En plus d'entraver le médecin dans sa capacité de satisfaire les besoins du patient, l'approche "un problème par consultation" peut également augmenter les risques médico-légaux si le patient se sent obligé de choisir parmi ses propres problèmes ou symptômes sans avoir les connaissances, la compétence ou le jugement pour le faire.

Une telle autoévaluation peut amener les patients à centrer la discussion sur des problèmes secondaires ou périphériques, en partie à cause des renseignements qu'ils fournissent. D'autre part, si le tableau clinique est incomplet, le médecin peut en arriver à poser un diagnostic erroné ou à passer à côté de problèmes de santé importants.

 

Solutions de rechange

Les médecins qui optent pour l'affichage dans leur cabinet ont intérêt à choisir une autre formule que le message restrictif qui risque d'être interprété par les patients comme une limitation à l'accès aux soins médicaux.

L'information transmise peut être plus complète et le ton plus réservé. Un message qui encourage les patients à respecter le temps de ceux qui attendent et qui ont également besoin de soins sera mieux reçu par les patients. Souvent, les patients n'ont pas idée du fonctionnement de la prise des rendez-vous dans un cabinet médical et des conséquences qu'entraînent les consultations qui dépassent le temps prévu. Un écriteau pertinent peut être une occasion pour le médecin de faire comprendre au patient les problèmes de planification des rendez-vous et de ressources tout en véhiculant le message que les meilleurs intérêts des patients sont servis dans la mesure du possible.

Une autre approche efficace consiste à demander aux patients de décrire leurs inquiétudes au moment où ils prennent rendez-vous ou au début de la consultation. D'entrée de jeu, cela facilite la communication ouverte et plus important encore, cela permet au médecin d'établir des priorités pour l'investigation et le traitement en se basant sur un tableau plus complet des symptômes du patient.

Une étude visant à évaluer les techniques pour diminuer les inquiétudes des patients a conclu que la façon dont un médecin termine sa consultation peut également avoir une influence1. Si un médecin demande à son patient : « Avez-vous autre chose à discuter aujourd'hui? » plutôt que « C'est tout ce dont vous voulez discuter aujourd'hui », les problèmes non résolus du patient semblent avoir diminué sans prolonger le rendez-vous.

1.Fullerton, M. « Comprendre et améliorer la politique d'un seul problème par consultation », JAMC, (23 septembre 2008), Vol. 179, no 7 p. 623. Disponible sur :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2535753/

 


AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les renseignements publiés dans le présent document sont destinés uniquement à des fins éducatives. Ils ne constituent pas des conseils professionnels spécifiques de nature médicale ou juridique et n'ont pas pour objet d'établir une « norme de diligence » à l'intention des professionnels des soins de santé canadiens. L'emploi des ressources éducatives de l'ACPM est sujet à ce qui précède et à la totalité du Contrat d'utilisation de l'ACPM.