English

Demandes de consultation et consultations


Améliorer le processus de demande de consultation et de consultation

Contenu du rapport du consultant


Le rapport d'un consultant devrait être :
  • opportun
    • le transmettre dans des délais correspondant au degré d'urgence
    • envisager de communiquer verbalement les résultats critiques
  • clair
    • répondre aux questions posées
    • faire état de vos conclusions et de vos recommandations
    • consigner les raisons justifiant vos recommandations pour la gestion des soins
    • préciser qui est responsable des investigations et des soins subséquents
  • complet
    • documenter l'anamnèse et les résultats de l'examen physique
    • consigner toute recommandation ou tout conseil pertinents (comme les investigations, la prise en charge et les recommandations de consulter d'autres médecins)

Cas : Suivi insuffisant après une coloscopie
Calendrier

Contexte

Un omnipraticien dirige un homme de 52 ans vers un endoscopiste pour que soient examinés une anémie ferriprive et du sang occulte dans les selles. Une coloscopie est effectuée. En raison de l'inconfort du patient, il n'est pas possible de visualiser au-delà du milieu du côlon transverse, ce qui met fin à l'intervention. On conseille au patient de faire le suivi avec l'endoscopiste, mais aucun rendez-vous n'est fixé à ce moment.

Trois semaines plus tard, l'endoscopiste dicte une note indiquant son intention de prescrire un lavement baryté pour s'assurer qu'il n'y a pas d'hémorragie du côté droit du côlon. Le patient ne se rend pas à son rendez-vous de suivi, puisqu'il n'est pas au courant du rendez-vous pour le lavement baryté et croit que l'endoscopiste voulait que l'examen soit refait avant de le voir.

L'endoscopiste suppose que le patient a opté de faire le suivi avec son omnipraticien et ne rappelle pas le patient.

Calendrier

Contexte – suite

Six semaines plus tard, pendant une visite chez son omnipraticien n'ayant rien à voir avec ces derniers faits, le patient mentionne qu'aucune date n'a été fixée pour un suivi avec l'endoscopiste consultant. Le médecin note le résultat inadéquat de la coloscopie et de la recommandation d'un lavement baryté, mais suppose qu'il incomberait au consultant de le prescrire.

Sept mois après la coloscopie, le patient retourne voir son médecin en se plaignant de crampes et de douleurs abdominales. Son médecin le dirige vers un chirurgien général. Une nouvelle coloscopie révèle une masse obstructive et hémorragique au côlon droit. La biopsie confirme la présence d'un adénocarcinome. Le patient subit une hémicolectomie droite, pour un cancer invasif localisé. Après un traitement de chimiothérapie, le patient sombre dans une grave dépression qui requiert des soins psychiatriques.

Le patient entame des poursuites judiciaires en alléguant que le délai de diagnostic de sept mois a permis au cancer de progresser et de former des métastases aux ganglions lymphatiques.

Résultat

Les experts n'ont pas appuyé les soins prodigués par l'omnipraticien et l'endoscopiste.
  • Endoscopiste expert : « ... de la consultation au suivi, jusqu'à la coloscopie incomplète, le consultant était le responsable principal et direct des investigations, dont le lavement baryté. »
  • Omnipraticien expert : « ... l'omnipraticien avait un devoir de diligence, étant donné que l'examen n'a été fait que beaucoup plus tard, de s'assurer que cet examen avait bien été prescrit ou de diriger le patient vers le consultant. Le défaut de choisir l'une de ces deux possibilités constitue un manquement à la norme de
    pratique. »

En raison du manque d'appui des experts, l'ACPM a conclu une transaction avec le patient au nom des deux membres.

Précédente
Suivante