English

Demandes de consultation et consultations


Améliorer le processus de demande de consultation et de consultation

Contenu de la demande de consultation


Même dans un hôpital, où le dossier médical est en général facilement accessible, il est important de faire une demande de consultation expresse. En précisant le motif de la demande, vous économiserez du temps et prodiguerez des soins plus sûrs. De plus, si le consultant est à l'extérieur, ces renseignements deviennent essentiels.

En tant qu'étudiant en médecine, votre superviseur vous demandera souvent d'organiser une consultation dans un autre service de l'hôpital (comme la médecine interne, la chirurgie) ou avec un médecin en particulier. Prenez connaissance des cas suivants pour savoir comment mieux organiser vos demandes de consultation.

Cas : Demande de consultation peu instructive
Formulaire de demande de consultation avec la mention « Voir dermato »

Contexte

Un patient se présente au cabinet d'un dermatologue avec une lettre de consultation. Le dermatologue découvre que le patient a été traité au moyen de crèmes et d'onguents d'ordonnance (dont le nom est inconnu) et qu'il a subi des analyses sanguines (dont le type et les résultats sont également inconnus).

Le patient prend des « petites pilules blanches » pour son problème de peau.

L'examen révèle un nodule ulcéré érythémateux au mollet gauche du patient. Le patient présente également un érythème maculaire généralisé, qui pourrait être une réaction allergique au médicament ou une réaction à l'infection, ou n'avoir rien à voir avec le problème cutané.

Résultat

Le cabinet du dermatologue a dû communiquer avec le cabinet de l'omnipraticien pour connaître les résultats des analyses sanguines et la nature des ordonnances précédentes. Heureusement, ces renseignements étaient facilement accessibles.

Pistes de réflexion

En quoi la demande de consultation insatisfaisante aurait-elle pu entraîner un résultat défavorable pour le patient?

Leçons retenues

Le dermatologue consultant se sert des renseignements figurant dans la demande de consultation pour déterminer l'urgence du rendez-vous. Or, les renseignements qui accompagnaient cette demande étaient trop peu détaillés et ne permettaient pas de déterminer quand fixer le rendez-vous.

Puisqu'il ne sait rien des investigations et traitements précédents, le consultant doit parler au médecin qui lui a dirigé le patient. Les deux médecins doivent donc trouver du temps dans leur journée chargée pour que l'information soit transférée.

Précédente
Suivante

Cas : Un homme de 50 ans avec des céphalées
Femme médecin vérifiant la pupille droite d'un homme d'âge moyen

Contexte

Un enseignant ayant des antécédents de céphalées et d'hypertension souffre d'une grave céphalée frontale au côté droit.

Son omnipraticien effectue un examen physique exhaustif et relève une réaction lente de la pupille et une « possibilité de ptose à l'œil droit ». Il ne constate aucun autre signe physique.

Le médecin dirige rapidement le patient vers un spécialiste, avec la note suivante : « Céphalée - écarter la possibilité de pathologie », mais omet le résultat de l'examen des yeux. Le spécialiste, qui soupçonne la possibilité de lésion intracrânienne, n'est pas en mesure de joindre l'omnipraticien par téléphone; toutefois, il dicte et envoie une lettre de consultation par la poste le même jour. Il recommande au patient de consulter son médecin le plus tôt possible.

Au cours des jours qui suivent, le patient développe des céphalées importantes et assorties de vomissements. Une hémorragie par rupture d'anévrisme dans l'hexagone de Willis est par la suite relevée. Le patient décède après l'obturation chirurgicale de l'anévrisme, en raison d'un vasospasme cérébral diffus. Une action en justice citant tous les médecins impliqués est intentée.

Pistes de réflexion

Qu'est-ce qui aurait pu améliorer la communication entre les médecins?

Résultat

Le juge a critiqué quelques problèmes dans le déroulement des soins dans cette affaire, dont l'incapacité de l'omnipraticien et du spécialiste de communiquer efficacement.

Extrait du jugement : « Au sens de la loi, le défaut de mentionner des renseignements cliniques importants dans une demande de consultation équivaut à de la négligence ou à une faute professionnelle. » (traduction)

Leçons retenues

Dites ce que vous savez :
  • antécédents et signes physiques pertinents;
  • résultats d'investigations pertinentes;
  • mesures prises jusqu'à ce moment;
    • traitements et effets;
    • autres consultations et conclusions.
Ces renseignements réduisent au minimum les délais, réduisent le dédoublement des efforts et des investigations et améliorent la satisfaction du patient.
Précédente
Suivante

Communiquez vos attentes.

  • Quelle est votre question? Avez-vous besoin d'aide avec :
    • le diagnostic?
    • la prise en charge?

(Parfois, une demande de consultation sert à obtenir une deuxième opinion.)

  • Quel est le degré d'urgence?
  • Connaissez-vous la date de la consultation, et est-elle acceptable, étant donné le degré d'urgence?
  • Devriez-vous communiquer directement avec le consultant?
  • Avez-vous envisagé d'autres possibilités si vous ne pouvez pas obtenir une consultation rapidement, comme de diriger le patient vers un autre consultant ou le diriger ailleurs?
  • Avez-vous discuté de la situation et des possibilités avec le patient, pour obtenir son consentement?
  • Avez-vous averti le patient au sujet des signes et symptômes qui devraient l'inciter à consulter un médecin en attendant la consultation? En tant que médecin traitant, vous devriez continuer de surveiller le patient en attendant la consultation. Demandez un rendez-vous plus rapidement, si possible, et faites part au médecin consultant de tout changement important dans l'état clinique de votre patient.
  • Qui sera le médecin le plus responsable ou le professionnel de la santé responsable du suivi?
    • vous-même;
    • le consultant;
    • un autre professionnel de la santé.