English

Congé éclairé


Avertir les patients des signes et symptômes avant-coureurs

Ce que les patients doivent savoir


Panneau d'avertissement
  • Les signes et symptômes qui devraient les inciter à retourner consulter un médecin.
  • Conseils adaptés à la situation clinique particulière du patient.
  • Il n'y a aucun problème à revenir pour une nouvelle évaluation (ils doivent se sentir entièrement à l'aise de le faire).

Un jugement d'un tribunal canadien mentionnait que les renseignements communiqués aux patients doivent comporter non seulement des directives sur les soins appropriés, les médicaments nécessaires, la fréquence et la nature des visites de suivi, mais également des directives sur les complications prévisibles et tout signe ou symptôme avant-coureur d'un danger.

L'information doit être adaptée à la situation clinique particulière de chaque patient. Ces conseils comprennent les effets secondaires éventuels et le besoin de faire le suivi de tout médicament d'ordonnance.

Il s'agit d'atteindre un juste équilibre entre effrayer le patient et, à l'opposé, lui donner un faux sentiment de sécurité.

À l'instar de l'obtention du consentement éclairé, il importe de décrire les signes et symptômes de toute complication éventuelle, même rare, si le risque de préjudice est grave. Si le patient a des questions pendant la discussion, il faut y répondre. La discussion avec le patient doit être consignée au dossier médical.  

Femme médecin expliquant le contenu d'un document qu'elle remet à une jeune femme

Documents remis aux patients

  • Les documents remis au patient appuient la discussion sur le congé éclairé, mais ne remplacent pas l'échange en personne.

Il peut s'avérer très utile de donner des directives écrites au patient (ou à la personne qui l'accompagne chez lui). Ces directives complètent l'interaction interpersonnelle, mais ne peuvent pas la remplacer. Les documents remis au patient peuvent être d'ordre assez général. Toute partie qui ne s'applique pas au patient ou à la situation clinique en particulier doit être supprimée; à l'opposé, si des points pertinents à ce patient sont absents, il pourrait être utile de les ajouter.

Familles et accompagnateurs

  • Songez à la sécurité d'un patient dit inapte, et donnez des conseils pertinents à ceux qui accompagneront le patient.

Il arrive parfois que les patients reçoivent leur congé du service d'urgence ou d'un établissement de chirurgie de jour sans avoir recouvré entièrement toutes leurs facultés en raison de l'alcool ou des médicaments ingérés avant leur arrivée, ou de médicaments comme des anesthésiques ou sédatifs administrés dans le cadre des soins.

Dans ces circonstances, en général, le patient doit être accompagné d'un membre de la famille ou d'un ami disposé à l'aider et capable de le faire. Avec le consentement du patient, cette personne devrait faire partie de la discussion sur le congé.

Examinez l'atelier d'apprentissage en ligne sur le Congé éclairé. S'ouvre dans une fenêtre contextuelle
Une attestation de réussite ou des crédits de DPC sont offerts.