English

Comportement


Courtoisie et respect

Comportement perturbateur


Médecin sénior s'adressant sévèrement à un résident Il est reconnu que, ces dernières années, un petit nombre de professionnels de la santé ont adopté des comportements dits perturbateurs. Un comportement perturbateur correspond habituellement à un schème de comportement; rarement à un seul acte répréhensible.

Un comportement perturbateur peut nuire à la communication avec les collègues de travail et les patients, miner le moral de l'équipe et avoir un impact négatif sur la qualité des soins offerts et sur la satisfaction du patient.

Voici quelques exemples de comportements perturbateurs tirés des dossiers médico-légaux de l'ACPM :

  • émettre des commentaires désobligeants ou méprisants à des patients ou à des collègues de travail;
  • faire preuve d'indifférence, de désintéressement ou d'insensibilité;
  • utiliser un langage inapproprié (ou blasphématoire);
  • faire de l'intimidation, des menaces ou des excès de colère;
  • se comporter de manière dégradante, condescendante ou agressive;
  • ne pas respecter les limites;
  • émettre des commentaires inappropriés ou se comporter de manière inadéquate auprès des enquêteurs des organismes de réglementation médicale (Collèges).

Voici quelques facteurs personnels qui peuvent contribuer à l'apparition de comportements perturbateurs :

  • surmenage et stress;
  • difficultés de couple ou personnelles;
  • problèmes médicaux ou psychiatriques sous-jacents, souvent non diagnostiqués;
  • usage inapproprié d'alcool ou de drogues.

Bien qu'il est possible qu'un individu montrant des comportements perturbateurs doive être évalué, d'autres facteurs confondants ou éléments déclencheurs peuvent exister dans le milieu de travail, par exemple : employés ou administrateurs montrant aussi des comportements perturbateurs, querelles, problèmes liés aux ressources et au financement.

Ce qui n'est pas un comportement perturbateur

Voici quelques exemples de comportements qui ne sont pas habituellement considérés comme des comportements perturbateurs ou non professionnels :
  • défendre les intérêts d'un patient en toute bonne foi et rédiger de manière professionnelle des avertissements visant à améliorer les soins offerts aux patients ou les installations et les soumettre aux bonnes personnes;
  • présenter une plainte à un organisme externe;
  • témoigner contre un collègue.

Conséquences médico-légales

Les médecins qui manifestent un comportement perturbateur pourraient devoir faire face à des conséquences médico-légales : restriction de pratiquer dans certains hôpitaux ou certaines institutions, sanctions émises par les organismes de réglementation (Collèges) telles la suspension ou la révocation du permis d'exercice ou encore des poursuites judiciaires.