English

Sécurité culturelle


Respecter les patients et leur famille

Traiter ou contribuer à la guérison


  • Toute rencontre avec un patient peut avoir un volet transculturel.
  • Lorsque les médecins traitent tout le monde de la même façon, ils ne tiennent pas compte des différences. Lorsqu'ils traitent tout le monde de façon équitable, ils constatent les différences et les respectent.
Mains offrant différents traitements

Les patients peuvent adhérer à deux types de médecine : la médecine occidentale conventionnelle et une autre médecine liée à des convictions personnelles.

Dans ce cas ils peuvent ne pas informer leur médecin qu'ils ont aussi recours à un guérisseur non conventionnel.

Il peut se produire des malentendus lorsque des croyances relatives à la santé et issues d'une culture donnée sont confrontées à des modèles scientifiques acceptés. Ces malentendus peuvent se manifester sous les formes suivantes :

  • gêne au cours de la conversation 
  • non adhésion à des plans de traitement
  • perte de confiance dans la relation médecin-patient

Chez les patients, les comportements que les médecins trouvent souvent frustrants sont la non adhésion aux plans de traitement et les rendez-vous manqués à répétition.

  • Tenter de comprendre les raisons de ce comportement au lieu de présumer d'un manque de coopération.

Cas : Traiter avec un patient souvent en retard
Homme autochtone âgé

Contexte

Un homme autochtone atteint de diabète et d'hypertension arrive souvent avec 45 à 90 minutes de retard à ses rendez-vous sans avoir téléphoné pour prévenir. Chaque fois, le médecin considère qu'il s'agit d'un comportement irrespectueux qui lui fait perdre son temps à lui et aux autres patients, et il refuse de le voir.
Médecin regardant sa montre

Contexte (suite)

Après trois retards, le médecin de famille déclare au patient que s'il n'arrive pas à l'heure au prochain rendez-vous, la relation médecin-patient prendra fin. Au quatrième retard, il déclare au patient qu'il devra trouver un autre médecin. La fille du patient se plaint de l'attitude du médecin auprès de l'organisme de réglementation (Collège).

Pistes de réflection

Comment le médecin aurait-il pu prodiguer de meilleurs soins et peut-être éviter une plainte?

Suggestions

  • Le médecin aurait pu parler au patient de l'effet de ses retards sur les autres patients.
  • En cherchant les raisons de ces retards, il aurait pu apprendre que de façon générale, chez les peuples autochtones, la notion du temps qui passe est très différente de ce qu'elle est pour lui.
  • Le médecin aurait peut-être pu trouver des moyens de composer avec le patient. Par exemple, il aurait pu apprendre à être moins strict sur l'horaire, offrir de voir le patient à la fin de la journée ou prévoir ses retards habituels et en tenir compte dans son horaire.

Leçons retenues

À partir de bonnes questions clairement posées, il est possible de commencer à examiner les obstacles à la communication et au traitement et de déterminer s'il existe des facteurs culturels.
Précédente
Suivante

Il y a plusieurs grands domaines dans lesquels la culture et la médecine interagissent. Le sigle mnémotechnique CIAO permet de se souvenir de ces domaines lorsqu'on interroge les patients.

  • À partir de bonnes questions clairement posées, il est possible de commencer à examiner les obstacles à la communication et au traitement et de déterminer s'il existe des facteurs culturels.

CraintesDire la vérité, effet de la maladie
IdéesConceptions de la maladie, foi et guérison
ActivitésRoutines quotidiennes (y compris l'alimentation), rituels spéciaux, famille et communauté
ObjectifsPrise de décision

Règle d'or

Vos parents vous ont peut-être appris la règle d'or selon laquelle il faut traiter les autres comme on aimerait être traité.

Règle de platine

Pour être un guérisseur transculturel efficace, s'efforcer d'appliquer la règle de platine selon laquelle il faut demander aux autres comment ils souhaitent être traités.