English

Biais cognitifs


Influences sur le raisonnement

Influences sur le raisonnement


Modèle de tête recouvert de mots multiples Un biais cognitif est une façon de penser qui influence le raisonnement et la prise de décisions, entraînant parfois des jugements erronés.

Les biais cognitifs (distorsions de la pensée) et les biais affectifs (intrusion des sentiments du médecin) peuvent entraver sérieusement la capacité de poser un diagnostic juste.

Au cours des dernières années, de nombreux psychologues cognitivistes et médecins ont étudié le raisonnement diagnostique et la prise de décisions. [REF]
Lippincott, Williams, Wilkins, Cognitive and Affective Dispositions to Respond, Patient Safety in Emergency Medicine, 2009.

Dessin d'une tête (vue latérale) avec des roues d'engrenage de multiples couleurs à l'intérieur Qu'ont-ils constaté?

  • De façon générale, les médecins inexpérimentés font appel à une approche analytique plus lente, recueillant souvent davantage de renseignements, pour poser un diagnostic.

  • Les médecins chevronnés font souvent appel à une approche de reconnaissance automatique d'une configuration de signes intuitive – parvenant rapidement et presque subconsciemment à la meilleure concordance selon les signes et les symptômes du patient, en fonction de leur répertoire mental de cas et de syndromes.

    Ainsi, lorsqu'un médecin chevronné voit une éruption cutanée, ou qu'un patient a une combinaison particulière de signes et de symptômes, ou que le médecin reconnaît un syndrome clinique ou un toxidrome, il procède à « l'appariement des signes » avec les gabarits cliniques établis au préalable grâce à son expérience.

    En l'absence de concordance ou si la présentation est ambiguë, il se peut que le médecin revienne au raisonnement analytique qui exige une approche plus délibérée et méthodique.

  • Bien qu'un biais puisse influer sur tous les aspects du raisonnement humain, de façon générale, la pensée intuitive est la plus vulnérable.

    De nombreux biais cognitifs et affectifs sont interdépendants il est possible que plus d'un biais influe sur le diagnostic d'un patient. [REF]
    Scott, I., « Errors in clinical reasoning: causes and remedial strategies, » BMJ, Vol. 339, p. 22-25.

  • Le diagnostic par la reconnaissance automatique d'une configuration de signes est rapide, souvent très efficace et habituellement juste. Or, il est sujet à l'interférence des biais cognitifs et affectifs qui peuvent parfois induire en erreur même les médecins les plus chevronnés.

  • Les diagnosticiens experts savent quand remplacer la reconnaissance automatique d'une configuration de signes par le raisonnement analytique.

Peu importe la méthode utilisée pour poser un diagnostic, toute décision diagnostique est sensible aux biais cognitifs. Plusieurs de ces biais sont interdépendants : il est possible que plus d'un biais influe sur le diagnostic d'un patient.